«Le garçon et la bête»: Et si Mamoru Hosoda devenait le nouveau Miyazaki?

ANIME Le producteur des « Enfants-loups » et du « Garçon et la bête » compare les deux maîtres de l’animation japonaise…

Caroline Vié

— 

Le garçon et la bête de Mamoru Hosoda
Le garçon et la bête de Mamoru Hosoda — Gaumont Distribution

Mamoru Hosoda et Hayao Miyazaki : même combat ? Celui qui fait triompher une animation japonaise riche en poésie et en histoires fortes. Après Les enfants loups en 2012, le réalisateur offre le magnifique Le garçon et la bête dans lequel un gamin esseulé se réfugie dans un monde peuplé d’animaux pour y être élevé par un maître d’arts martiaux à l’allure de gros ours mal léché. Avec la complicité de Yuichiro Saito, producteur attitré d’Hosoda-san, 20 Minutes s’est demandé si le cinéaste n’était pas sur le point de prendre la relève du maître vénéré, mais retraité…

Mamoru Hosoda, successeur d’Hayao Miyazaki ?

Car il est impossible de ne pas penser à Hayao Miyazaki, réalisateur de Mon Voisin Totoro (1988) et du Voyage de Chihiro (2002) en voyant Le garçon et la bête (2015).

« On n’écrit pas "cinéaste retraité" sur sa carte de visite !, rétorque Saito-san. Je pense que Miyazaki-san continuera longtemps à faire des films alors que Mamuro Hosoda n’en est qu’au début de sa carrière. Nous en reparlerons dans trente-cinq ans ! En attendant j’estime que mon devoir est d’aider au maximum mon réalisateur : je vis dans l’angoisse de ne pas lui être assez utile et qu’il envisage de me remplacer. »

Yuichiro Saito, successeur de Toshio Suzuki ?

Depuis ses débuts, Miyazaki est épaulé par Toshio Suzuki, son producteur complice. Saito n’hésite pas à le consulter pour recevoir des conseils.

« Quand j’ai raconté à Suzuki-san que j’avais parfois peur de contredire Hosoda, il m’a avoué que Miyazaki l’effrayait aussi ! Il m’a enjoint à dominer cette crainte pour le soutenir contre vents et marées en me confiant que les artistes ont besoin d’une présence forte pour créer. Suzuki est très généreux : c’est lui qui a recommandé notre film auprès de Gaumont qui le sort en France. »

Le studio Chizu, successeur du studio Ghibli ?

Fondé pour Les enfants loups, le studio Chizu (« carte de navigation » en japonais) a permis à Mamoru Hosoda et à Yuichiro Saito d’avoir un contrôle total sur leurs films.

« Pour l’instant, je ne produis que les films d’Hosoda-san car le succès n’est pas garanti à chaque sortie. Mais j’espère pouvoir un jour ouvrir nos portes à de jeunes cinéastes qui partagent avec nous la même passion pour une animation que nous considérons comme un art et qui nous feraient avancer. »