Des fans américains ont traversé l'Atlantique pour voir «Star Wars VII» en France

FANS Des dizaines de fans venus de New York, San Francisco et Los Angeles ont découvert le film en France deux jours avant sa sortie aux Etats-Unis...

Caroline Vié

— 

Le beau panneau des fans de Star Wars à la projection du film
Le beau panneau des fans de Star Wars à la projection du film — Caroline Vié

Un peu déboussolés, mais très contents d’être là, plusieurs dizaines de fans américains ont sauté de l’avion, pris une navette proposée par Air France pour se rendre au complexe de salles EuropaCorp situé dans le centre commercial Aéroville, en Seine-Saint-Denis, près de Roissy. Leur but : découvrir Star Wars : Le Réveil de la Force avant leurs concitoyens, puisque le film ne sort que vendredi 18 aux Etats-Unis. 20 Minutes était là pour recueillir leurs impressions.

>> A lire aussi : Pourquoi on a adoré le nouveau « Star Wars »

La bande-annonce de « Star Wars : Le Réveil de la Force ».

Découvrir Star Wars et Paris

« J’ai grandi avec Star Wars, explique David, 64 ans. Je connais les films par cœur et, quand j’ai vu l’offre proposée par Air France, je me suis dit que je ferais volontiers d’une pierre deux coups en m’offrant un petit séjour à Paris. » L’ensemble lui a coûté 2 000 dollars sans l’hôtel (environ 1 850 euros). D’autres ont payé plus cher (jusqu’à 5 000 euros) mais tous semblent ravis. Yolanda, comptable, est venue de San Francisco et elle est épatée. « Je n’en reviens pas de l’accueil ! On offre du champagne avant le film dans toutes les salles françaises ? », demande-t-elle. Détrompée, elle semble en savourer d’autant plus sa chance. « Je ne me considère pas comme une fan ; mais j’adore Star Wars », dit-elle.

>> Retrouvez notre 21e Minute sur les fans de « Star Wars » par ici.

« Attendre deux jours de plus me semblait trop pénible »

Tous sont comblés de repartir avec un beau t-shirt commémoratif dépourvu du logo Star Wars car les droits n’ont pas été négociés avec Lucasfilm et Disney. « On voit que ça été écrit par des Français, il y a une grosse faute d’anglais », plaisante Matt, artiste new-yorkais de 38 ans, qui compte profiter de son séjour pour visiter la ville lumière. « Attendre deux jours de plus me semblait trop pénible, ajoute-t-il. Je rêve de ce film depuis si longtemps… » Avant que les lumières ne s’éteignent, quelques-uns posent pour une petite photo avec les Stormtroopers venus les accueillir : l’émotion est palpable quand le logo Lucasfilm apparaît. « Ça commence », murmure une voix adulte d’un ton enfantin.

« Je suis sans voix »

Quand on les retrouve après la projection (en VO), certains ont la larme à l’œil et ce n’est pas seulement en raison du décalage horaire. « Je suis sans voix, avoue Matt. Je n’osais rien attendre et j’ai été emballé. » Aucun n’a l’air de regretter son expérience. « J’ai eu l’impression de vivre un événement unique de l’histoire de la saga et la salle était géniale », avoue Bill, avocat new-yorkais de 52 printemps. Il ne lui reste plus qu’à partir découvrir la Tour Eiffel avant de « courir revoir le film à mon retour aux Etats-Unis ! » Et de s’éloigner, le regard plein d’étoiles.