«Star Wars 7»: Un député du parti Les républicains s'énerve contre le battage médiatique

POLITIQUE Jacques Myard, député-maire des Yvelines, a rédigé un billet d'humeur dans lequel il s'agace de voir le film de J. J. Abrams éclipser, selon lui, le reste de l'actualité...

F.R. avec AFP

— 

Jacques Myard, député Les républicains, à l'Assemblée nationale en octobre 2013.
Jacques Myard, député Les républicains, à l'Assemblée nationale en octobre 2013. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Si on lui proposait d’aller voir Star Wars 7, le député Jacques Myard (Les républicains) serait plutôt du genre à s’abstenir. Dans un billet d’humeur, le député-maire de Maisons-Laffitte (Yvelines) dit son agacement face au battage médiatique qui entoure la sortie du nouveau volet de la saga SF.

Star Wars « n’en finit pas de faire le tour des médias affolés de notre village planétaire, reléguant tout à l’arrière-plan dans les entrefilets de l’actualité les âpres réalités de notre quotidien », écrit l’élu. « Exit les problèmes du chômage et de la précarité en hausse, les investissements en berne, les défis du terrorisme et de la sécurité, l’afflux des réfugiés, les méandres de notre diplomatie dans un Proche et Moyen-Orient en crise… et l’affaire Bartolone ! », énumère Jacques Myard.

« Plus dur sera la chute… sur notre Terre ! »

Et d’enfoncer le clou : « Rêvons donc tous avec Le Réveil de la Force, qui endort nos consciences, colmate nos blessures, distraie nos chagrins et conjure nos peurs. C’est toujours un peu de répit gagné sur l’adversité et les dures réalités. »

« Le rêve prendra rapidement fin et plus dure sera la chute… sur notre Terre ! », conclut-il. Ce n’est pourtant pas la première fois que les Jedis et Dark Vador contaminent l’actualité. En 1983, la presse américaine avait rebaptisé « Star Wars », le programme d’Initiative de défense stratégique (IDS) mis au point par l’administration Reagan. Ce qui avait révolté… George Lucas lui-même. Mais le créateur de la saga n’avait pas pu empêcher le président américain de reprendre à son compte le vocabulaire intergalactique.