Pourquoi on a adoré le nouveau «Star Wars»

EPATANT On a enfin le droit de dire que le nouveau « Star Wars », c’est formidable ! « 20 Minutes » révèle pourquoi sans rien spoiler…

Caroline Vié

— 

Star Wars - Le réveil de la Force de J.J. Abrams
Star Wars - Le réveil de la Force de J.J. Abrams — Lucasfilm/Disney

C’était un sacré pari et c’est gagné ! J.J. Abrams a réussi Star Wars - Le Réveil de la Force. Il refait pour la saga Star Wars ce qu’il avait accompli pour Star Trek en 2009 : remettre au goût du jour une grande mythologie populaire en respectant l’esprit des œuvres originales. Le film est encore meilleur que tout ce que les fans pouvaient espérer. Sans rien spoiler pour ne pas gâter le plaisir des spectateurs, 20 Minutes explique pourquoi ce septième opus est totalement jouissif. Star Wars - Le Réveil de la Force, c’est du bonheur parce que :

  • J.J. Abrams est un geek !

Le réalisateur connaît la saga mieux que sa poche ! Et l’a mieux comprise que George Lucas Lui-même. Là où le créateur de l’univers Star Wars s’est retrouvé perdu en essayant de reprendre le collier seize ans après la première trilogie, Abrams a eu le temps de disséquer chaque détail avec une passion communicative. Ce geek gourmand de cinéma a réalisé le film qu’il avait envie de voir. Et que les fans voulaient voir aussi !

>> A voir aussi : « 20 Minutes » rend hommage aux fans dans un webdocumentaire

 

  • On se retrouve en terrain familier tout en étant surpris

Dès le déroulant du générique avec le thème mythique de John Williams, l’amoureux de Star Wars est chez lui prêt à verser sa petite larme d’émotion : il attendait cette suite depuis Star Wars VI : Le retour du Jedi en 1983. Abrams a le sens du rythme et sait jongler entre éléments connus et nouveautés pour renouveler le mythe sans le trahir. Il a trouvé l’équilibre parfait entre références et innovations.

  • Il y a des moments de pure magie

Quand Han Solo et Chewbacca apparaissent, un sourire béat naît sur les lèvres du spectateur. C’est l’un des nombreux instants magiques d’un film qui n’en manque pas ! J.J. Abrams aime tant ses personnages qu’il offre à chacun - héros bien connus et nouveaux venus - son morceau de bravoure. Tous existent ce qui fait qu’on s’intéresse à chacun, qu’il soit du côté obscur ou lumineux.

  • Les personnages sont suffisamment complexes

Les héros ont de vrais cas de conscience et se posent des questions existentielles. Star Wars, ce sont aussi des histoires de famille et de loyauté qu’on découvre au fil de l’intrigue. J.J. Abrams, épaulé par son coscénariste Lawrence Kasdan (déjà présent sur la première trilogie) a particulièrement soigné les relations entre les personnages. Ils ont compris que l’action ne suffisait pas à faire vibrer le public.

  • Les scènes d’action sont époustouflantes

Et pourtant des scènes d’action, il y en a ! Combats spatiaux, affrontements au sabre laser et poursuites ne manquent pas. On ne s’assied pas en rond autour du feu pour commenter les dernières nouvelles. On défend chèrement sa peau et celle de ses potes. Ce n’est pas seulement parce que les effets spéciaux ont fait des progrès que le film déménage. J.J. Abrams est un excellent réalisateur qui maîtrise son sujet.

  • Les femmes n’y sont pas des potiches (et les hommes non plus)

Leia avait donné le ton en 1977 dans Star Wars IV - Un nouvel espoir. Les héroïnes de ce nouvel opus ne sont pas non plus du genre à se faire piquer leurs blasters. Sabre laser ou bonne vieille baston ne leur font pas peur. Leurs homologues masculins - gentils ou moins - sont tout aussi dynamiques. La relève est assurée sans que les vétérans (Carrie Fisher et Harrison Ford en particulier) soient laissés sur la touche. Du grand art.

  • On pleure et on rit (et réciproquement)

L’émotion, ça change tout ! Et elle est omniprésente dans un film riche en gags, en répliques cultes et en moments poignants. Loin de bien des blockbusters actuels dépourvus d’âme, Star Wars - Le Réveil de la Force retrouve le charme des superproductions des années 1970-1980 : ce mélange unique dont le réalisateur de Super 8 (2011) a emprunté la recette à son ami Steven Spielberg.

  • Les créatures sont épatantes

BB-8, est une réussite ! Il est trop mignon ! Expressif comme tout et si courageux ! Mais il n’y a pas que lui. Designers et responsables des effets spéciaux se sont amusés comme des petits fous à créer des extraterrestres et des robots inédits tandis que, à l’image des comédiens en chair et en os, les vieux de la vieille reviennent faire de petits coucous. De quoi faire trembler sa carte de crédit en merchandising…

  • On a envie de connaître la suite

Quand arrive le générique final, on aimerait que l’histoire continue, genre là, maintenant, tout de suite. On se retrouve un peu dans la peau des spectateurs de l’Episode V : L’Empire contre-attaque en 1980, contraints de patienter plus de trois ans pour savoir si - crénom de nom ! - Han Solo allait sortir vivant de cette fichue carbonite. Pour le public de 2015, il faudra attendre jusqu’au 24 mai 2017. Cela va sembler bien long.