VIDEO. «Star Wars» : On a pris un cours de sabre laser pour se battre comme Yoda

VIDEO « 20 Minutes » est allé prendre un cours à l'Académie du sabre laser qui s'est ouverte en septembre à Paris...

Vincent Vantighem

— 

Cours de sabre laser à l'Académie du sabre ouverte à Paris, en septembre 2015.
Cours de sabre laser à l'Académie du sabre ouverte à Paris, en septembre 2015. — M.DELOFFRE

« Plusieurs fois, je me suis dit : ‘’Je tiens un sabre laser, c’est quand même un peu la classe !’’ » Après une heure éprouvante, Emilie repose enfin sa lame en carbone, la tête encore un peu dans les étoiles. Cette fan est l’une des premières à avoir franchi la porte de la Sport Saber League, l’école de maniement du sabre laser, qui s’est ouverte à Paris en septembre 2015. Par goût de l’effort ? Pas vraiment, la jeune développeuse en informatique n’avait jamais fait de sport de sa vie. « Mais l’idée de manier un sabre m’a tout de suite parlé », lâche-t-elle.

Plusieurs moyens d’assouvir sa passion

Surtout qu’il s’agit ici de croiser le laser avec d’autres fans de la saga créée par George Lucas. « Une donnée essentielle de la culture « Star Wars », comme de la culture geek, c’est le partage, l’échange d’informations », analyse Jean-Baptiste Clais, ethnologue de profession. Comme il y a plusieurs côtés de la Force, il y a plusieurs moyens d’assouvir sa passion. « La première, c’est d’aller voir d’autres fans sur les forums Internet ou dans son entourage, poursuit Jean-Baptiste Clais. Puis en fonction de ses centres d’intérêt, chacun va rejoindre un sous-groupe, celui qui écrit, celui qui se costume… »

Ou bien celui qui se rêve en maître Yoda affrontant le Comte Dooku comme dans l’épisode II L’attaque des clones. « On a envie de reproduire les gestes du film, confirme Justine, jeune Padawan de 21 ans. Mais c’est bien plus exigeant que ce qu’on imagine à première vue. Le lendemain du premier cours, j’avais des courbatures partout… »

La passion des costumes

Les plus maladroits qui auraient peur de se couper une main peuvent toujours se rabattre sur d’autres façons de vivre leur passion pour Star Wars. « Plus un phénomène culturel est grand, plus les pratiques vont se développer autour seront variées », observe encore Jean-Baptiste Clais. De la maquette de X-Wing à la réalisation de fan films, des dizaines de façons de rendre hommage à Luke Skywalker et ses amis ont émergé depuis 1977.

« L’une des passions qui se partagent le plus est sans doute celle des costumes, note l’ethnologue. L’intérêt pour ces fans n’est pas uniquement de se déplacer dans la tenue de leur personnage préféré, mais d’abord de réaliser le costume. Ils prennent plaisir à travailler le matériau et à en discuter avec les autres. »