Jean-Hugues Anglade a encore le « Cafard »

TRAUMATISME L'acteur, en promo pour le film d'animation de Jan Bultheel dont il double un personnage, revient pour «20Minutes» sur l’attaque manquée du Thalys en août dernier…  

Caroline Vié

— 

Cafard de Jan Bultheel
Cafard de Jan Bultheel — Eurozoom

Dans Cafard, superbe film d’animation de Jan Bultheel, Jean-Hugues Anglade prête sa voix chaleureuse à un homme traumatisé par les combats de la Première Guerre mondiale. Une bonne occasion pour le héros de la série « Braquo » de revenir sur l’attentat manqué qu’il a vécu dans le Thalys en août dernier. « J’ai repris le TGV depuis, confie l’acteur à 20 Minutes, mais je ne me vois pas encore remonter dans un Thalys. Bien que je sois repassé à l’endroit où le train avait été détourné en me rendant à Arras. »

>> A lire aussi : Les propos de Jean-Hugues Anglade juste après l’attaque.

La tuerie du 13 novembre : « La deuxième partie du film »

Le comédien a été particulièrement affecté par les massacres du 13 novembre. « J’ai eu l’impression de voir la deuxième partie d’un film alors que je n’aurais joué que dans la première : la moins grave, car je n’ai été que légèrement blessé », avoue-t-il. Jean-Hugues Anglade repense souvent à son aventure dans le Thalys. « Ce qui me poigne est de me dire qu’on est sans doute partis pour trente ans d’attentats tant que tout cela n’aura pas été réglé. »

Des dommages collatéraux

Le comédien déplore aussi que les événements tragiques aient nui à l’excellent Je suis un soldat de Laurent Larivière sorti le 18 novembre dernier. « Les gens étaient comme tétanisés, explique-t-il. La culture, dans son ensemble, a subi des dommages collatéraux après les attentats. » Jean-Hugues Anglade a tout de même une raison de se réjouir : « Mon coup de gueule a porté ses fruits : Guillaume Pepy a fait installer des portiques de contrôle au départ et à l’arrivée du Thalys alors qu’il disait que c’était impossible… »