Salma Hayek: Pourquoi elle a décidé de produire «Le Prophète»

VISION Cette superbe anthologie animée est un mélange de poésie et philosophie porté par de grands dessinateurs...

Caroline Vié

— 

Le Prophète
Le Prophète — Wild Bunch

Salma Hayek s’est battue comme une tigresse pour produire Le Prophète, autour de la rencontre d’un prisonnier politique et d’une gamine de 8 ans aussi finaude que curieuse. La comédienne prête aussi sa voix à la mère de l’héroïne de cette anthologie philosophique et poétique inspirée par le livre culte écrit en 1923 par l’auteur libanais Khalil Gibran (éditions Le Livre de Poche). « Je n’aurais jamais pensé que ce serait aussi difficile de monter Le Prophète, de le faire réaliser puis de le vendre, avoue Salma Hayek à 20 Minutes. Comme le film ne rentrait dans aucune catégorie, j’ai vécu un cauchemar pour concrétiser mon rêve mais cela en valait la peine. »

Une ode à la liberté d’expression

Dix grands dessinateurs (dont le Français Joann Sfar) ont apporté leur talent à cette anthologie merveilleusement mise en musique par Gabriel Yared. « Je tenais à faire ce film parce qu’il est une ode à la liberté d’expression et à la liberté tout court. Des valeurs qu’il me semble encore plus important défendre aujourd’hui », insiste Salma Hayek. Ces contes plein de sagesse et de tendresse sont accessibles pour toute la famille que l’actrice-productrice rêve de voir réunie devant l’écran. « Chaque spectateur recevra les poèmes à sa façon car il s’agit d’abord d’une expérience individuelle dont parents, enfants, amis et amants pourront ensuite reparler en sortant de la salle. » Les différents styles graphiques surprennent puis séduisent par leur diversité bien adaptée aux textes.

De l’importance de la culture

La transmission est une valeur essentielle pour Salma Hayek. « Le film, comme le livre, aborde des sujets aussi sérieux que les rapports entre les femmes et les hommes, la religion et le droit de penser, des thèmes dont il faut parler à tout prix à une époque où des adolescents peuvent se laisser attirer par d’autres discours », précise-t-elle. La grande générosité de ce Prophète dirigé par Roger Allers (connu notamment pour avoir coréalisé Le Roi Lion en 1994) emporte l’adhésion pour ce projet ambitieux. Les visions de la petite fille transportée par les récits de son nouvel ami offrent de petites bulles de tendresse dépaysante. « C’est un film dont on ressort avec le sourire, ce qui fait du bien en ce moment », martèle Salma Hayek. Effectivement.