«Kill Your Friends»: Nicolas Hoult sans peur et sans scrupules

THRILLER Le jeune comédien est inquiétant à souhait en producteur de musique prêt à tout pour réussir....

Caroline Vié

— 

Nicholas Hoult dans Kill Your Friends
Nicholas Hoult dans Kill Your Friends — Chrysalis Films

2015 aura été l’année de Nicholas Hoult. Ce beau gosse de vingt-cinq printemps semble gérer sa carrière avec autant d’intelligence que de maturité. Celui qui fut le Fauve dans les X-Men a commencé en bambin craquant de douze face à Hugh Grant dans Pour un garçon (Paul Weitz, 2002). Il a bien changé quand on le voit aujourd’hui en assassin propre sur lui évoluant dans le milieu du rock pour Kill Your Friends d’Owen Harris.

De la route au microsillon

Cette année, Nicholas Hoult a fait vibrer le Festival de Cannes en roulant pied au plancher avec Tom Hardy dans Mad Max : Fury Road (disponible dans une belle édition vidéo chez Warner). Kill your Friends lui permet de livrer une performance plus en retenue, fort éloignée du fou furieux suicidaire du film de George Miller. Aussi glacé qu’un parisien en terrasse, il tente ici de creuser son trou dans l’industrie du disque londonienne en 1997, un monde auprès duquel celui des guerriers post-apocalyptiques fait presque figure de conte de fées !

Un parfait salaud

« J’ai beaucoup discuté avec John Niven, l’auteur du livre, qui m’a confié que cette histoire très sombre est proche de la réalité de l’époque », explique-t-il. Costumes impeccables, sourire carnassier et absence absolue de scrupules sont les caractéristiques les plus marquantes de son personnage, sale type dépourvu de la moindre circonstance atténuantes dans sa quête du tube qui lancera sa carrière. « J’ai passé un bon moment en compagnie du personnage, peut-être parce qu’il n’a rien à voir avec moi. Je me suis vraiment amusé à rendre son cynisme. » C’est sa façon décontractée de commettre le Mal qui rend son héros fascinant…