«Le voyage d’Arlo» : Peter Sohn, un modèle de réussite chez Pixar

CREATEUR Le réalisateur a mis à peine plus de dix ans pour passer du court au long-métrage...

De notre envoyée spéciale chez Pixar, Caroline Vié

— 

Le voyage d'Arlo
Le voyage d'Arlo — Disney/Pixar

Vous ne connaissez peut-être pas le nom de Peter Sohn, mais son visage vous est familier. L’animateur a servi de modèle au jeune héros de Là-Haut, long-métrage de Peter Docter oscarisé en 2009. « Il m’arrive que des gens m’arrêtent dans la rue en criant « Russell ! » parce que le gamin du film me ressemble vraiment, confie-il à 20 Minutes. Je prends cela comme un compliment. »

Pixar, la seconde maison de Peter

Entre le studio d’animation et lui, l’histoire d’amour a débuté en 2003. Peter Sohn débute comme animateur sur Le monde de Nemo d’Andrew Stanton puis Les Indestructibles (2004) et Ratatouille (2007) de Brad Bird où il double aussi en anglais le personnage d’Emile, le frère gourmand du héros « Cela m’a mis le pied à l’étrier avant que John Lasseter me donne ma chance de réaliser Passages nuageux, un hommage à Dumbo (1941), mon dessin animé culte. » Cette histoire d’amitié entre un nuage et une cigogne livreuse de bébés est une merveille d’humour et de poésie.

Le passage au long-métrage : une consécration

A la suite de ce court-métrage, projeté en première partie de Là-haut, Peter Sohn concrétise le rêve de bien des animateurs Pixar : passer au format long avec Le voyage d’Arlo, où l’on retrouve toute sa tendresse. « Arlo, c’est un peu moi, avoue-t-il. Un grand trouillard qui surmonte sa nature pour dépasser ses peurs. Je pense que de nombreux spectateurs pourront comprendre ce sentiment. »

A lire aussi: L'art et la manière de rendre un dinosaure craquant

L’accueil triomphal du film en avant-première au Grand Rex a rassuré le réalisateur : « Je me considère comme un exemple de ce qu’on peut parvenir à faire chez Pixar pour peu que l’on s’accroche. » John Lasseter peut être fier de son poulain !