«Dope»: Comment se débarrasser d'une cargaison de drogue quand on ne veut pas y toucher

POUDRE Cette comédie de mœurs rythmée est coproduite par Pharell Williams qui en signe la musique...

Caroline Vié

— 

Shameik Moore, Tony Revolori et Zoë Kravitz dans Dope
Shameik Moore, Tony Revolori et Zoë Kravitz dans Dope — Rachel Morrison/Happiness Distribution

Petit coup de soleil au dernier Festival de Cannes, Dope de Rick Famuyiwa, présenté en clôture de la Quinzaine des réalisateurs, se révèle aussi drôle qu’inattendu. Les tribulations d’un bon élève rangé tentant de se débarrasser d’une cargaison de drogue qu’il a récupérée par accident en disent long sur la vie d’un jeune Black de Los Angeles.

Pharell Williams, producteur

L’humour, souvent grinçant, est omniprésent dans ce film pour lequel le réalisateur s’est très librement inspiré de son propre parcours. Forrest Whitaker et Pharrel Williams ont coproduit cette comédie pour laquelle le musicien a signé plusieurs titres inédits interprétés par des acteurs talentueux parmi lesquels le débutant Shameik Moore et Tony Revolori découvert dans The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014). Cette fable pétillante d’ironie en dit long sur les idées reçues concernant les Afro-Américains et leurs difficultés pour accéder aux études supérieures. Sa conclusion joyeusement amorale laisse sur une impression de bonne blague insolente comme celle d’un potache vraiment malin.