«La glace et le ciel»: Luc Jacquet mêle le chaud et le froid

NATURE Le réalisateur de «La marche de l’empereur» revient en Antarctique pour y suivre d'un grand glaciologue...

Caroline Vié

— 

La glace et le ciel de Luc Jacquet
La glace et le ciel de Luc Jacquet — Sarah Del Ben/Pathé distribution

Dans La glace et le ciel, Luc Jacquet marche sur les traces de Claude Lorius, glaciologue passionné. Dans ce documentaire aux images époustouflantes, ils mettent en garde contre le réchauffement climatique tout en offrant au spectateur son comptant d’émerveillement visuel.

Un savant attachant et érudit

Le réalisateur oscarisé en 2006 pour La marche de l’empereur mêle images d’archives sur les expéditions du scientifique qui partit explorer les terres polaires dès 1957 et prises de vues actuelles en compagnie de Lorius. Témoignant de l’enthousiasme du jeune homme des années 1950 et des inquiétudes de l’octogénaire que le savant est devenu, le cinéaste brosse le portrait d’un homme attachant et érudit.

Un nouveau grand sage à l’écran

Après nous avoir promenés dans les bois pour Il était une forêt (2013) où il suivait le botaniste Francis Hallé, Luc Jacquet présente un nouveau sage tout aussi captivant dans sa façon de partager ses connaisances et ses questions. Si le film est parfois un peu didactique, le propos généreux, les prises de vues sublimes et la personnalité de Claude Lorius finissent par emporter le morceau.