«The Walk»: Le funambule Philippe Petit a coaché Joseph Gordon-Levitt pour l'incarner à l'écran

VERTIGE L’acteur Joseph Gordon-Levitt a travaillé en étroite collaboration avec l’homme qui a évolué entre les deux tours du World Trade Center…

Caroline Vié

— 

Joseph Gordon-Levitt dans The Walk de Robert Zemeckis
Joseph Gordon-Levitt dans The Walk de Robert Zemeckis — Sony Pictures France

Joseph Gordon-Levitt n’a jamais été aussi merveilleux que dans The Walk où il incarne le funambule Philippe Petit. En 1974, ce magicien a évolué entre les deux tours du World Trade Center, une aventure que Robert Zemeckis fait partager dans un suspense haletant. Le comédien a reçu les conseils avisés du funambule pour créer sa composition. « Il s’est assagi en quarante ans car il ne faut pas oublier que Philippe n’avait que 24 ans quand il a réalisé son exploit. Il a été incroyablement généreux avec moi », confie le comédien à 20 Minutes.

Marcher sur un fil

Le funambule a donné des cours à Joseph Gordon-Levitt avant le tournage. « Il a un style vraiment personnel et m’a assuré que je saurais marcher sur un fil au bout de huit jours, se souvient-il. Il avait raison, car c’est comme le vélo : on finit par trouver son équilibre. » Sur le plateau, le comédien était placé à quatre mètres du sol pour effectuer une grande partie de ses cascades. « Le funambule Jade Kindar-Martin a fait le reste et Robert Zemeckis est parvenu à si bien mêler nos performances que c’est indiscernable pour le public. » Accroché au bord de son siège, le spectateur, les mains moites, a l’impression de tutoyer le vide.

Le point de vue du funambule

Le magnifique documentaire Man on a Wire - Le funambule de James Marsh, oscarisé en 2009 et disponible chez TF1 vidéo offrait un point de vue objectif sur la performance de Petit. « The Walk est purement subjectif car Robert Zemeckis a souhaité que le public adopte le point de vue de Philippe. C’est pour cela que sa collaboration a été si précieuse », insiste Gordon-Levitt. On ressent l’urgence et la passion proche de la folie qui ont présidé à l’organisation de cette traversée périlleuse filmée comme un hold-up sans victime dont les voleurs sont remplacés par une bande de saltimbanques.

Adoubé par Philippe Petit

Le funambule a vu The Walk et l’a suffisamment aimé pour passer un coup de fil enthousiaste à Joseph-Gordon Levitt. « Il m’a appelé en premier pour me dire qu’il aimait cette version que j’avais donnée de lui. J’étais très honoré car je sais qu’il n’aurait pas mâché ses mots s’il n’avait pas apprécié. » Car Philippe Petit est tel qu’il apparaît dans le film : un homme un brin caractériel mais prêt à tout pour son art.