Du rififi chez les flics anglais

CINEMA «Hott Fuzz», réjouissante parodie de polar...

Caroline Vié

— 

Un flic des villes et un flic des champs traquent un tueur en série dans un village anglais pour «Hott Fuzz», réjouissante parodie de polar.

Mais que fait la police?
Vous souvenez vous de «Shaun of the Dead», parodie de films de zombies, sortie en juillet 2005? Ses auteurs, Edgar Wright et Simon Pegg, s’en prennent maintenant au cinéma policier dans «Hott Fuzz» (expression qui veut dire «les flics» de l’autre côté de la Manche). Les mésaventures d’un policier citadin trop consciencieux parachuté dans un village campagnard permettent au duo de s’en donner à cœur joie pour cette comédie aux scènes d’action XXL. Le héros psychorigide, joué par Pegg lui-même, pourrit la vie de la population en cherchant à appliquer la loi à la lettre. Il vire les mineurs des pubs, colle les soiffards au trou et voit des assassinats partout. Peu importe que personne ne le prenne au sérieux, notre homme s’est persuadé qu’un tueur en série sévit dans les environs et il compte bien le coincer.

Le rire est leur métier

Edgar Wright et Simon Pegg se sont rencontrés sur «Spaced», série anglaise culte. Ils se sont lancés dans le cinéma en se riant des westerns pour «A Fistfull of Fingers» («Une poignée de doigts») puis ont connu un triomphe avec «Shaun of the Dead» où ils multipliaient les références au cinéma d’horreur. Ils en font de même pour «Hott Fuzz», si ce n’est que leurs cibles sont les «buddy movies» à l’américaine. L’histoire d’amitié entre un policier coincé et son collègue cinéphile et naïf (joué par l’excellent Nick Frost) fait penser àdes superproductions hollywoodiennes comme «L’arme fatale» de Richard Donner. Leur enquête semée d’embûches dans la campagne anglaise fleure bon l’humour british teinté d’absurde et visité par des personnages décalés. Entre Agatha Christie, «Wallace et Gromit» et «Bad Boys», «Hot Stuff» trouve un ton joyeusement décalé.

Au cœur de l’action
Si Edgar Wright s’amuse à pasticher des grands succès comme «Point Break» de Kathryn Bigelow, le film fétiche de son héros campagnard, le cinéaste a pris les scènes d’action très au sérieux. Les fusillades qui ravagent la bourgade sont dignes de ses modèles d’outre-Atlantique. L’arsenal dont disposent les deux flics complices leur permet de faire bien des dégâts ! Timothy Dalton, réjouissant en homme d’affaires peu scrupuleux, n’en avait pas vu autant depuis son dernier James Bond! Mêlant humour à l’anglaise, enquête sur le fil du rasoir et scènes de baston époustouflante, «Hott Fuzz» créé la surprise en permanence. Souhaitons à cette excellente comédie de connaître en France un succès égal à celui qu’elle a rencontré en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Ces flics-là sont vraiment de la balle!