Danny Elfman: Le compositeur fétiche de Tim Burton jouait dans le métro à ses débuts

SOUNDTRACK Le compositeur a mis 44 ans pour passer du métro parisien à la scène du Grand Rex...

Caroline Vié

— 

Danny Elfman sur la scène du Grand Rex à Paris.
Danny Elfman sur la scène du Grand Rex à Paris. — Caroline Vié

Quatre concerts à guichets fermés dans l’immense salle du Grand Rex et plus de 2500 spectateurs debout l’acclamant chaque soir à gorge déployée ont confirmé à Danny Elfman que la France l’aimait avec passion. « Quand je pense que le premier public pour lequel j’ai joué était les voyageurs d’une station de métro parisienne, je ne peux m’empêcher de sourire. J’avais 18 ans et je venais de mettre au violon dont je jouais comme une savate », raconte le compositeur à 20 Minutes lors de l’un de ses rares entretiens.

A lire aussi : Tim Burton et Johnny Depp parlent de Danny Elfman

Danny Elfman et ses débuts en France
 

Quarante-quatre ans ont passé sans que le compositeur ne rejoue dans notre pays. « A l’époque, j’avais été engagé par le Grand Magic Circus de Jérôme Savary, un souvenir magique pour un gamin ! Je l’ai, hélas, totalement perdu de vue et je ne savais même pas qu’il est décédé en 2013. »

Après un retour aux Etats-Unis dû à « une forme de malaria qui [l]’a presque tué », l’apprenti compositeur crée un groupe ska Oingo Boingo (1972-1995). « C’était sympa pour l’époque, mais c’est du passé : il serait ridicule de reformer le groupe aujourd’hui. »

L’étrange Noël de Monsieur Jack : son chef-d’œuvre

Sa rencontre avec le jeune Tim Burton pour Pee Wee’s Big Adventure (1985) change leurs vies à tous les deux. « Nous avons eu des hauts et des bas dans notre relation, parce qu’en vieillissant, nous sommes sans doute devenus plus difficiles à gérer, mais notre collaboration est unique même si elle n’est jamais simple ». Elle culmine en 1993 avec L’étrange Noël de Monsieur Jack, film d’animation dont Elfman double le héros squelettique pour les passages chantés. « Je n’ai jamais rencontré Chris Sarandon qui faisait la voix de Jack pour les dialogues », avoue-t-il.

Un showman talentueux

Accepter de monter sur scène a constitué un vrai défi pour ce grand timide. « Je n’avais jamais chanté les chansons de Jack en live. Il y a vraiment eu un moment où j’ai cru que je n’y arriverais pas », avoue-t-il. Deux ans et une série de concerts triomphaux ne l’ont pas guéri de son trac. « J’ai toujours du mal à réaliser à quel point ce film est populaire alors que Disney ne savait pas quoi en faire au moment de la sortie. » Sautillant et ricanant sur scène comme son personnage, Elfman a démontré qu’il n’était pas seulement un immense musicien mais aussi un showman au charisme ahurissant. « Le succès des spectacles m’a donné envie de revenir jouer à Paris », souffle-il. On prend date ?