«Knock Knock»: Keanu Reeves paye cher son infidélité

THRILLER Eli Roth et Keanu Reeves, qui ont mitonné un thriller haute tension avec « Knock Knock », en profitent pour brocarder le puritanisme américain…

Caroline Vié

— 

Ana de Armas, Keanu Reeves et Lorenza Izzo dans Knock Knock
Ana de Armas, Keanu Reeves et Lorenza Izzo dans Knock Knock — Synergy Films

Knock Knock ! Deux ravissantes jeunes femmes en détresse viennent frapper chez un gentil père de famille dont cette dernière est partie en week-end. Il finit par céder à leurs avances avant que le rêve tourne au cauchemar et que les belles décident de lui faire payer cher son infidélité. « Elles dévastent sa vie avant de le menacer de mort, expliquait Keanu Reeves à 20 Minutes au Festival de Deauville. Méritait-il un traitement aussi rude pour une faiblesse d’une nuit ? Chaque spectateur se fera son opinion. »

>> A lire aussi: Keanu Reeves revient sur sa carrière

De sauveur du monde à victime sans défense

Keanu Reeves en prend pour son matricule dans le rôle du mari adultère. « Voir le héros de Matrix se faire passer à tabac par deux donzelles qu’on pourrait croire sans défense m’amusait, confie Eli Roth. Bien des Américains vont penser qu’il ne l’a pas volé alors qu’en France, on le féliciterait plutôt pour sa virilité ! » Le réalisateur d’Hostel (2005) ne ménage pas sa star qui en vient à supplier ses bourreaux aux formes sculpturales de l’épargner. « C’était vraiment une position nouvelle pour moi, avoue Keanu Reeves, car je suis plutôt abonné aux personnages de justiciers intrépides. »

>> A lire aussi: Eli Roth évoque sa conception du cinéma d’horreur

L’humour noir au programme

Lorenza Izzo et Ana de Armas incarnent les anges exterminateurs de ce conte moral. Tantôt séductrices ou terrifiantes, elles volent la vedette à un Keanu Reeves terrifié. « Je ne me pose pas en donneur de leçons, insiste Eli Roth car je montre bien à quel point mon héros est un type bien qui va payer très cher sa bêtise » Si Eli Rtoh présente son film comme une comédie noire, c’est que l’humour y pointe souvent son nez quand les psychopathes jouent au chat et à la souris avec leur proie. « C’est ce mélange des genres qui m’a séduit », avoue Keanu Reeves.

Moins de gore que d’habitude

Le cinéaste qui a confirmé sa réputation de maître du gore avec le récent The Green Inferno (sortie en e-cinema le 30 septembre) joue davantage sur la terreur psychologique que sur les effets sanglants pour Knock Knock. « Je voulais que mon film soit accessible pour un public plus large parce que cette histoire me semble porteuse de réflexion sur le couple et les engagements », explique Eli Roth qui a récemment épousé l’actrice Lorenza Izzo. Son drôle de film cruel jonglant avec les codes du cinéma d’horreur sur fond de puritanisme a tout pour faire passer des frissons dans le dos…