« Je rentrais chez moi dans un état pitoyable »

©2007 20 minutes

— 

Pas trop dur, ce « retour en enfer »?

Non, parce qu'on se ressemble, John McLane (son personnage) et moi. J'avais l'impression de revoir un vieux copain. C'était d'autant plus jouissif que nous avons retrouvé l'âme de Piège de cristal, le premier film de la série sorti en 1988, mais avec l'énergie du XXIe siècle.

C'est pour faire jeune que vous affrontez une femme?

C'est surtout parce que Maggie Q me met une belle correction et que je trouve ça marrant. Sur le tournage, elle m'a ouvert l'arcade sourcilière! La blessure n'était pas grave et j'ai pu vite reprendre le travail. Mais je me suis dit qu'il fallait se tenir à carreau avec les femmes d'aujourd'hui...

Votre personnage est pourtant assez directif avec sa fille...

C'est vrai qu'il est un peu macho, mais c'est aussi pour ça qu'on l'aime. Sur ce point, il n'a pas grand-chose à voir avec moi. Je suis davantage complice qu'autoritaire avec mes filles.

Et avec le réalisateur Len Wiseman ?

Je me laissais guider. Ce gars est un génie de l'action. Il m'a poussé à fond, car nous étions d'accord pour limiter les scènes en images de synthèse et mettre l'accent sur les vrais combats.

Avez-vous été beaucoup doublé ?

Le moins possible. J'avais parfois l'impression que les responsables des scènes de baston m'avaient hypnotisé pour que je n'hésite pas à payer de ma personne. Je rentrais chez moi dans un état pitoyable. C'est dur d'être un héros.

Quels sont vos héros dans la vie ?

Les soldats qui se battent en Irak. Quelle que soit l'opinion qu'on ait sur le conflit, il faut saluer la bravoure de ceux qui sont prêts à donner leur vie pour leur pays. Il n'y a pas un sportif ou une star de cinéma qui leur arrive à la cheville.

Serez-vous encore héroïque dans un nouveau Die Hard?

Cela dépendra des résultats au box-office de celui-là, comme de la qualité du scénario qu'on me proposera. Je n'aurais rien contre l'idée de jouer de nouveau John McLane, mais il faudrait que ça ne tarde pas trop, sinon j'aurai passé l'âge de me bagarrer !

 Bruce Willis, alias John McLane, met en échec des pirates informatiques qui s'en prennent aux ordinateurs centraux des Etats-Unis. Cette suite de scènes d'action XXL prouve que l'acteur quinquagénaire n'a rien perdu de son potentiel pour mettre à mal une armada de méchants menés par le charismatique Timothy Olyphant et la sculpturale Maggie Q.