Toute la sérénité de Naomi Kawase

©2007 20 minutes

— 

Le festival Paris Cinéma célèbre Naomi Kawase à travers sept de ses films : une oeuvre cohérente, entre fiction et journal intime, sur les thèmes de la filiation ou de la disparition d'un proche. Ainsi, Dans ses bras (1992) relate la recherche du père qui a abandonné la cinéaste enfant, tandis que Dans le monde du silence (2001) évoque le décès de ce même père. Ces deux films sont projetés cet après-midi au MK2 Bibliothèque (Paris 13è) et introduisent parfaitement les fictions Suzaku (Caméra d'or, Cannes 1997), Shara (2003) et La Forêt de Mogari (Grand prix du jury, Cannes 2007). En japonais, « Mogari » désigne la période ou bien le lieu du deuil : ici, la nature, qui joue un rôle essentiel « car elle existe en soi, indépendamment de l'homme, et qu'elle nous protège ».