«Human»: Toute l'humanité du monde réunie en un seul film

CINEMA Yann Arthus-Bertrand signe un documentaire bouleversant, en salle dès samedi, et projeté également à la Mostra de Venise et aux Nations-Unies...

Caroline Vié

— 

Yann Arthus-Bertrand sur le tournage d'Human
Yann Arthus-Bertrand sur le tournage d'Human — Humankind productions : Tous droits réservés

Trois heures quinze de projection! Human de Yann Arthus-Bertrand a de quoi intimider. Pourtant, on ne s’ennuie pas une seule seconde devant ce patchwork d’interviews, de musiques (magnifique partition d’Armand Amar) et de paysages permettant de découvrir les pensées d’homme et femmes de différentes nationalités. 20 Minutes explique pourquoi ce film ne ressemble à aucun autre.

Ses témoignages sont vibrants d’humanité

En gros plans merveilleusement éclairés des femmes, des hommes, des enfants disent leurs souffrances, leurs rêves, leur joie. Guerre, migration, sexualité, religion, travail sont évoqués sans voile avant que le film se conclue sur une évocation tonique du bonheur.

« Il y avait un cahier des charges précis sur la façon dont les gens étaient filmés pour que l’ensemble soit homogène. Je demeure encore surpris de tout ce qu’ils nous ont donné. Nous avons beaucoup pleuré pendant le tournage. »

Sa production est exceptionnelle

65 pays, 60 langues, trois ans de production et 2.000 heures de prises de vue, tels sont les chiffres pharaoniques qui entourent la production. C’est après avoir vu Tree of Life (2011) de Terrence Malick que Yann Arthus-Bertrand lance son projet.

« Ce film m’a libéré et j’ai eu la chance qu’on m’accorde une grande liberté. J’ai su tout de suite que ce documentaire serait long mais trois heures d’attention, ce n’est pas beaucoup demander pour parler de l’humanité. »

Sa distribution en salle est hors du commun

Ce samedi, le film sera diffusé à la Mostra de Venise, dans l’enceinte des Nations Unies, dans 540 salles françaises à la fête de l'Humanité, et puis du 13 au 16 septembre au Grand Rex où le public pourra rencontrer l’équipe et découvrir les détails du tournage. Human sera aussi visible sur France 2, le 29/09 en version courte.

« Mon film est fait pour être vu en salle. Il évoque les gens, la terre et la musique. Je suis heureux de pouvoir le montrer sur grand écran même si j’ai passé un accord unique avec Google qui en diffusera des clips toute la journée du 12. »

Son modèle financier est unique

Le film a été financé par la fondation Bettencourt, qui n’exige pas de faire des bénéfices. A partir du 22 septembre, Yann Arthus-Bertrand enverra donc des Blu-ray aux villes n’ayant pas de salles de cinéma pour qu’elles puissent organiser des projections.

« Ce film est fait pour qu’on en discute. Je suis surpris par l’émotion que manifestent les spectateurs après l’avoir vu. C’est peut-être parce qu’il défend des valeurs humanistes dont nous avons cruellement besoin que j’ai envie qu’il soit vu le plus possible. »