«Cendrillon»: Comment transformer son chat, ses souris ou ses oies en stars de cinéma

DVD Le Français Guillaume Grange, qui a dressé oies, poules, chevaux, lièvres et autres bestioles pour le film de Kenneth Branagh, livre les secrets de son métier…

Caroline Vié

— 

Le dresseur Christophe Grange
Le dresseur Christophe Grange — Disney

Voilà plus de dix ans que le Français Guillaume Grange dresse des animaux pour le cinéma. Dans Cendrillon de Kenneth Branagh qui vient de sortir en DVD et Blu-Ray chez Disney, il a dirigé lièvres, souris, chat, chèvres et surtout des oiseaux dont il s’est fait une spécialité avec notamment Hedwige, la chouette d’Harry Potter. Alors qu’il vient d’achever le tournage du nouveau Star Wars (dont il n’a, hélas, pas le droit de parler), il a confié à 20 Minutes, quatre recommandations pour transformer des animaux en stars de cinéma…

Lily James, star de « Cendrillon » parle de son rôle

Identifier les difficultés

Les scènes les plus spectaculaires à l’écran ne sont pas obligatoirement les plus difficiles à effectuer. Pour Cendrillon, Guillaume Grange craignait surtout les séquences de foule. « Je suis surtout fier d’une scène où mes animaux s’enfuient dans des directions différentes, dit-il. Cela n’a l’air de rien à l’image mais c’est difficile à gérer pour un dresseur, car il ne donne pas les mêmes indications à chacun des animaux. Je craignais sans cesse que mes oies se fassent blesser par les figurants ou les chevaux. »

Se montrer très patient

Le plus important consiste à garder son calme. C’est par un processus de mise en confiance et de récompenses que Christophe Grange obtient que ses animaux lui donnent le meilleur d’eux-mêmes. « Si vous voulez dresser un animal, le maître mot est la patience. Découvrez ce qu’il aime pour pouvoir le récompenser et scrutez ses réactions pour être certain qu’il n’est pas effrayé. Son bien-être doit être votre priorité. Sur Cendrillon comme sur tous les gros films, nous avions des représentants de la Human American Association pour s’assurer qu’ils étaient bien traités. »

Connaître à l’avance les effets spéciaux utilisés

Dans Cendrillon, certains animaux se métamorphosent en êtres humains sous la baguette magique d’une fée incarnée par Helena Bonham-Carter. Il fallait que les magiciens des effets spéciaux puissent prendre le relais pour faire leur travail après le tournage. « Ils ont scanné les animaux sous toutes les coutures dans une pièce spéciale et m’ont fourni des indications très précises sur ce qu’ils voulaient, raconte Guillaume Grange. Il me faut une moyenne d’un mois pour faire répéter mes bestioles en fonction des actions que je dois leur faire accomplir et pour les accoutumer au plateau de tournage. »

Mettre les animaux en confiance

La chose la plus importante est que les stars à plumes et à poils ne soient pas effrayées par le monde qui se trouve sur le plateau. Guillaume Grange doit veiller à ce que ces animaux ne soient pas stressés. « On s’étonne parfois qu’il me faille du temps pour mettre mes animaux en confiance en me disant : "Mon chat fait ça facilement à la maison". Il faut comprendre que l’atmosphère d’un tournage n’a hélas rien à voir avec celle qu’on a chez soi ! Il y a du monde et du stress. »

Si vous rêviez déjà de transformer vos animaux familiers en bêtes de cinéma, vous avez compris que c’est un vrai métier…