«Dheepan»: Anthonythasan Jesuthasan est la révélation du film

CINEMA Jacques Audiard a découvert un comédien épatant en la personne de Anthonythasan Jesuthasan, qui incarne le héros du film…

Caroline Vié
— 
Dheepan de Jacques Audiard
Dheepan de Jacques Audiard — Paul Arnaud-Why Not/UGC

Quand on découvre le merveilleux Dheepan, Palme d’or à Cannes cette année, on a du mal à imaginer que l’acteur principal Anthonythasan Jesuthasan n’est pas un comédien professionnel. Il est impressionnant dans son rôle de réfugié tamoul tentant de s’établir comme gardien dans une cité de banlieue française tout protégeant sa « famille », une femme et une fillette rencontrées dans un camp de réfugiés au Sri Lanka.

Un choix comme une évidence

Jacques Audiard avoue avoir hésité avant de choisir cet écrivain qu’il décrit aujourd’hui comme « un être plus qu’humain ». Cet écrivain tamoul a impressionné le réalisateur d’Un Prophète (2009) et De rouille et d’os (2012), dès leur première rencontre. « J’ai fait confiance à ce que j’ai ressenti en le voyant, explique le cinéaste à 20 Minutes. C’est quelque chose qui était presque de l’ordre de l’érotisme. » Il semblait difficile de juger des capacités du futur héros du film. « Le langage n’est qu’un épiphénomène, déclare Audiard. Tout chez lui était différent : attitudes, mimiques et intonations. C’est cela qui rendait mon travail passionnant car le diriger demandait une attention exceptionnelle. »

Pourquoi Dheepan est un film remarquable

D’excellentes surprises pendant le tournage

Malgré son inexpérience, Anthonythasan Jesuthasan a pris son rôle à bras-le-corps. Un jour, il a confié à Jacques Audiard que le scénario du film racontait sa propre histoire en tant qu’ancien enfant soldat. « Je suis tombé de ma chaise, s’exclame le cinéaste. Je l’ignorais totalement avant de le choisir. » Epaulé par Kalieaswari Srinivasan, comédienne de théâtre et par la jeune Française Claudine Vinasithamby, l’acteur émeut dans la peau d’un homme qui s’attache à sa fausse famille au point de se mettre en péril pour la protéger. « Mon film a un côté Pretty Woman où le héros finit par lutter par amour pour sauver celle qu’il aime », raconte Jacques Audiard. On souhaite à Anthonythasan de devenir aussi célèbre que Richard Gere.