« En parlant d'elle, je dis "Marjane" »

©2007 20 minutes

— 

Comment le projet d'adapter votre BD a-t-il été lancé ?

On m'avait proposé toutes sortes d'adaptations, y compris une version américaine avec Jennifer Lopez dans le rôle de Marjane ! Quand j'ai su pouvoir garder le contrôle sur le film en le coréalisant avec Vincent Paronnaud, mon meilleur ami, j'ai sauté sur l'occasion.

Marjane, c'est vous ?

Il y a toujours quelque chose de vous dans les personnages que vous créez. Mon héroïne a beaucoup de choses en commun avec moi, mais, quand je parle d'elle, je dis « Marjane » et ce n'est pas parce que je suis schizophrène, ni parce que je me prends pour Alain Delon.

Comment s'est passée la collaboration avec Vincent Parronaud ?

Nous sommes, l'un comme l'autre, dotés d'un ego phénoménal. Paradoxalement, cela fait que nous nous entendons très bien parce que chacun connaît sa place. Nous savions que l'important n'était pas d'avoir raison, mais de prendre des décisions qui soient bonnes pour le film.

C'est pour cela que vous avez choisi le dessin animé traditionnel plutôt que la 3 D ?

Cela s'est imposé tout seul, tout comme le fait de conserver le noir et blanc des albums. Et puis il faut admettre que nous ne sommes pas des as de l'ordinateur ! Je sais à peine taper sur un clavier. Nous avons écrit le scénario et le découpage au crayon. C'est vous dire à quel point nous sommes réacs !

Vous semblez pourtant plutôt ouverte...

C'est parce que chaque jour, je fais des efforts pour être moins conne et apprendre des choses. J'adore avoir tort car tout ce que je découvre m'enrichit.

Qu'avez-vous découvert au Festival de Cannes ?

Que c'est un peu comme le jour de votre mariage : tout le monde s'amuse sauf vous ! Ça s'est bien terminé avec le Prix du jury. Je suis ravie de cette récompense : si nous avions eu la Palme d'or, les gens auraient pu penser que c'était pour des raisons politiques.

Comme Marjane, vous écoutez toujours AC/DC?

Mes goûts musicaux se sont arrêtés dans les années 1980. Je suis folle d'Iggy Pop et des crooners. Finalement, je dois être à la fois réac et ringarde !