Star Clash: Ethan Hunt vs. James Bond

CINEMA En salles ce mercredi, « Mission Impossible : Rogue Nation » met le paquet, à trois mois seulement de la sortie de son féroce concurrent, « 007 Spectre »… 

Clio Weickert
— 
Tom Cruise et Daniel Craig
Tom Cruise et Daniel Craig — © Paramount Pictures France / SIPANY/SIPA

Alors que 007 Spectre, la 24e aventure cinématographique de James Bond, débarque en novembre dans les salles obscures, ce mercredi, c’est au 5e volet de Mission : Impossible de lancer les hostilités (outre-Atlantique, le film fait déjà un carton). D’un côté, James Bond, célèbre et insolent espion britannique, sous les traits de Daniel Craig. De l’autre, Ethan Hunt, l’agent secret américain, chien fou et casse-cou, incarné par Tom Cruise.

Deux firmes, deux acteurs, deux écoles, mais lequel mérite le titre du meilleur espion de tous les temps ? Tentons de les départager sur les critères essentiels que tout agent secret doit maîtriser.

Cascades

Ethan Hunt : La cascade n’a jamais autant bien porté son nom que dans Mission Impossible : Rogue Nation. Sous l’eau, dans les airs, en voiture ou à moto, Ethan Hunt tente à chaque moment le tout pour le tout. Coup de cœur pour la scène d’apnée où Tom Cruise (plus en forme que jamais) retient son souffle pendant une éternité, afin de bidouiller un ordinateur dans une cuve d’eau. Mourir ? Rien à fiche, objectif sauvetage du monde pour Ethan. En bref : YOLO.

Découvrez les cinq casse-cous les plus marquants du cinéma

James Bond : Si Ethan est un as de la cascade, James n’est pas en reste. L’homme maîtrise tout particulièrement la course-poursuite, à pieds ou véhiculée, à la montagne ou sur des toits. S’il nous semble un chouïa plus raisonnable qu’Ethan niveau culbute (sur ce point précis, entendons-nous bien), James n’hésite jamais très longtemps avant de mouiller la chemise. En résumé : la force tranquille.

Castagne

Ethan Hunt : Niveau bagarre, notre agent de l’IMF (Impossible Missions Force) ne se débrouille pas trop mal. Musculature correctement développée, 2-3 bases de taekwondo, maîtrise du pistolet… Ethan s’en tire relativement bien, du moins assez pour se sortir de situations délicates.

James Bond : 007 a la gachette facile. Un peu de baston et de règlement de comptes à coups de Walther PPK, et James prend son pied. Les armes à feu, c’est son dada, et tant mieux, car les zigotos qui lui cherchent des noises à longueur de journée n’utilisent pas que des lance-pierres. Mais notre agent maîtrise aussi le corps-à-corps à la perfection et a un coup droit assez efficace.

Self control

Ethan Hunt : Ne pas avoir peur de la mort – en tout cas bien le cacher — procure à Ethan une force inouïe, celle de ne pas céder à la panique. Le tout, c’est de ne pas se poser de question, et foncer. Ligoté et torturé par des bandits ? Du pipi de chat pour M. Hunt. Au bord de la noyade ? Pas grave, et puis de toute façon il est trop tard pour revenir en arrière. Un point faible quand même, quand on touche à ses potes. Mais du coup, Ethan redouble ses efforts et repousse encore plus ses limites.

James Bond : Qui est capable de mourir d’une crise cardiaque (après un empoisonnement dans Casino Royale), de sortir sur le parking, ouvrir sa voiture, téléphoner à sa boss et quasiment s’auto-réanimer tout seul ? Qui est capable de ricaner et faire des blagues quand Le Chiffre lui éclate les parties intimes avec une corde ? Petite faille tout de même : les filles. Quand Bond est amoureux et qu’on touche à la prunelle de ses yeux (à chaque fois donc), l’agent ne se contrôle plus et anéantit tout sur son passage.

Sex-appeal

Ethan Hunt : Notre agent n’est pas insensible au charme féminin. Dans Mission Impossible : Rogue Nation, il se démène pour une jolie nana qui lui en fait baver à plusieurs reprises. Mais mis à part quelques regards en coin, Ethan ne flirte pas outre mesure. Une fois encore, pour lui, les potes passent avant tout. Un aspect vraiment intéressant dans ce nouvel opus, sorte d’Agence tous risques vraiment réussi où chacun apporte le meilleur de soi pour mener à bien la mission. Un pour tous, tous pour un.

James Bond : Ce n’est un secret pour personne, James a deux amours : les femmes et le martini. Véritable petit cœur d’artichaut, il se laisse facilement entraîner dans les filets des nombreuses vamps qui croisent son chemin. Et James use lui-même pas mal de ses charmes, surtout quand on possède un regard d’acier ravageur et une petite moue boudeuse à croquer comme Daniel Craig. Un pour toutes, toutes pour un.