«Love»: Pour Gaspar Noé, «il n’y a rien de honteux» à voir un sexe masculin à l’écran

POLEMIQUE Le réalisateur a réagi sur BFMTV à l’interdiction de son dernier film -très osé- aux mineurs…

A.G.

— 

Le réalisateur Gaspar Noé au Festival de Cannes 2015.
Le réalisateur Gaspar Noé au Festival de Cannes 2015. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

Alors que Love est sorti au cinéma il y a trois semaines déjà, le film aux scènes de sexe non simulées continue de faire polémique. Prohibé aux moins de 16 ans dans un premier temps, le tribunal administratif de Paris a finalement décidé cette semaine de l’interdire aux mineurs après que l’association Promouvoir a déposé un référé pour contester le visa d’exploitation du long-métrage.

>> «Promouvoir » : L’association qui combat le sexe et la violence au cinéma

Son réalisateur, Gaspar Noé, a défendu son œuvre sur BFMTV mardi soir : « Le film est très sentimental (…) Il n’y a rien de honteux. Une bite est une bite, tous les hommes en ont une ». Il a poursuivi à l’antenne : « Dans les parcs, on voit bien le sexe des statues. Je ne sais pas pourquoi on continue à s’affoler dès que quelqu’un baisse son froc. »

Lundi, le cinéaste réagissait auprès de Libération : « Moi j’ai vu Taxi Driver ou Délivrance à la télévision quand j’étais ado. Cela m’a formé, appris des choses ». Gaspar Noé s’inquiétait également des retombées financières que cette interdiction pourrait avoir pour son film : « Il est fort possible que cette décision crée une hausse du piratage de mon film. »