«Ant-Man»: A 70 ans, Michael Douglas est «épaté» par les effets numériques

CINEMA A 70 ans, Michael Douglas s'essaye aux effets spéciaux numériques pour la première fois...

- De notre envoyée spéciale à Londres, Caroline Vié

— 

Michael Douglas dans Ant-Man
Michael Douglas dans Ant-Man — Marvel

Michael Douglas ressemble à un gamin émerveillé quand il évoque Ant-Man de Peyton Reed. « Entrer dans la grande famille Marvel à soixante-dix ans est déjà formidable mais découvrir le pouvoir des effets spéciaux numériques est encore plus épatant », a-t-il confié à 20 Minutes.

Ant-Man: Cinq raisons pour lesquelles le super-héros minuscule a tout d'un grand

Michael Douglas prend un coup de jeune

Le comédien semble en pleine forme dans le rôle d’un savant grisonnant créateur du costume de « L’homme-fourmi », super-héros incarné par Paul Rudd, capable de prendre la taille d’un insecte et de commander à une armée de fourmis. Le septuagénaire ne reste cependant confiné derrière ses éprouvettes. On le voit, plus jeune, faire le coup de poing en Ant-Man déterminé à montrer de quel acide formique il se chauffe à ses ennemis. Les techniciens ont retravaillé mon apparence complète pour que ce soit crédible. J’étais sceptique quant au résultat après avoir été photographié et filmé sous toutes les coutures par les as du numérique ».

La peur d’en faire trop

Douglas a dû aussi s’habituer à tourner sur fond vert sans avoir aucun décor ou bestiole auquel se raccrocher pour créer les réactions de son personnage. « Ce n’est pas tous les jours qu’on doit imaginer qu’on a un gars déguisé en fourmi sur l’épaule. Heureusement, on me montrait des images du story-board pour que j’ai une idée de ce qui allait se passer à l’écran. Je pouvais donc me laisser aller sans avoir peur d’en faire trop », insiste-t-il. Le comédien a été bluffé quand il a vu le film terminé. « Jouer la comédie est toujours amusant pour moi-même sans effets spéciaux mais je dois avouer que c’était une expérience amusante que je suis prêt à renouveler ».

Un rôle qui donne des idées

Michael Douglas s’est découvert un nouvel agent pour ce film : son fils de 14 ans, Dylan. « Il m’a expliqué que ce film le ferait connaître à sa génération et qu’il fallait que je me familiarise avec les nouvelles techniques. Il avait raison : le numérique est l’avenir. Dire qu’à une époque je craignais que cela remplace les comédiens de chair et de sang ». Cela a fait réfléchir le comédien qui repense avec un sourire nostalgique au film d’aventures A la poursuite du diamant vert (1984) dont il était le jeune premier. « Nous aurions pu faire des choses encore plus spectaculaires  si nous avions disposé de ce type d’effets spéciaux à l’époque. Cela me donne presque envie de mettre une suite en chantier ».

Lire aussi : Paul Rudd a joué le rôle d'Ant-Man pour son fils