«Daddy Cool»: Comment Mark Ruffalo s'est inspiré de plusieurs membres de sa famille

CINEMA Mark Ruffalo incarne brillamment un papa bipolaire dans ce film très émouvant...

Caroline Vié

— 

Marc Ruffalo dans Daddy Cool
Marc Ruffalo dans Daddy Cool — Bac Films

Il passe de l’exaltation extrême à la dépression absolue en un éclair. Le personnage qu’incarne Mark Ruffalo dans Daddy Cool est bipolaire, un mal fort difficile à gérer surtout lorsqu’il doit s’occuper de ses deux fillettes parce que sa femme, jouée par Zoé Saldana, a décidé de reprendre ses études.

Ancré dans la réalité

La réalisatrice Maya Forbes a puisé dans ses souvenirs d’enfance pour écrire cette belle histoire d’amour tendre dont l’action se déroule dans les années 1970. Le comédien a, lui aussi, replongé dans son passé pour donner vie à cet homme fragile et attachant. « J’ai combattu la dépression pendant des années, mais cela s’est bien arrangé depuis que je suis devenu père », dit-il. A suivre son personnage et sa famille au fil des saisons, on le trouve irrésistible qu’il confectionne une robe de flamenco pour sa fille ou évolue en short vert laitue.

Un film militant mais pas trop

C’est aussi pour faire connaître cette maladie que le Hulk de The Avengers a accepté de se glisser dans la peau de ce papa pas tout à fait comme les autres. « Il y a eu des cas de syndrome bipolaire dans ma famille et je pensais qu’il était important de montrer que les gens qui en sont atteints peuvent parfois ne pas être de mauvais parents. Ils ont beaucoup à donner aux leurs », témoigne l’acteur. On sort de la salle séduit par cette famille qui compose avec ses difficultés à force d’amour et de débrouillardise. « Le film aborde ce sujet sans le dramatiser, avec beaucoup et d’honnêteté », dit Ruffalo. C’est ce qui constitue sa force et son charme.