Jean Imbert cuisine au Cinema Paradiso: «J'ai fait ce que j'aime manger»

INTERVIEW Le gagnant de «Top Chef 2012» s'est mis aux fourneaux pour les visiteurs de Cinema Paradiso... 

Dolores Bakela

— 

Jean Imbert est le vainqueur de Top Chef 2012. 
Jean Imbert est le vainqueur de Top Chef 2012.  — DR/Pierre Olivier/M6

Gagnant de Top Chef 2012, Jean Imbert est devenu la coqueluche de bon nombre d'événements parisiens. Il a posé ses casseroles dans le restaurant éphémère du Cinema Paradiso, qui se tient au Grand Palais jusqu'au 26 juin. Le cuisinier a parlé films et surtout cuisine avec 20 Minutes. 

Etes-vous cinéphile ?

Je préfère les « vieux films » aux « films récents », même si je suis la production cinématographique actuelle.

Une période préférée ?

Si je devais choisir, je dirais l’âge d’or du cinéma hollywoodien. Plus largement, j’adore les films américains des années 1940-1970, c'est ce que je regarde le plus en DVD.

Des réalisateurs fétiches ?

Howard Hawks, Elia Kazan, Hitchcock. J’aime beaucoup les westerns.

A quoi peuvent s’attendre les personnes qui viendront dîner en regardant un film ?

On est à 14 mètres de hauteur, on va cuisiner en direct, car on ne peut rien faire à l’avance, sauf certaines préparations. Le pain au curcuma sur lequel je vais poser mon petit carpaccio de langoustines sera toasté à la dernière minute, mis sur une mousse de petits pois à la dernière minute et servi aux gens à 22 heures, au moment de passer à table.

Vous avez pensé aux films projetés ?

Oui, mais tous les films ne dégagent pas d'« atmosphère culinaire ».

C’est-à-dire ?

J’avais déjà créé des menus en adéquation avec les films au Palais de Tokyo. Le soir de la projection du Parrain, j’avais proposé de la cuisine sicilienne, pour Les Dents de la mer, des plats de poisson, logiquement. Pour Massacre à la tronçonneuse, c’était plus compliqué : je n’allais pas servir de l’humain en ragoût !

Comment avez-vous concocté vos menus « spécial cinéma » ?

J’ai fait comme pour tous mes autres menus. Je privilégie les légumes de saison, comme il fait chaud, les plats seront froids et j’ai pensé à ce que j’aime manger, le tout sans chichis, ni tralala ; les convives sont avant tout là pour un moment de plaisir.