«Jurassic World»: Chris Pratt est-il le nouvel Harrison Ford ?

CINEMA Les spectateurs de «Jurassic World» ont vu des similitudes entre les deux acteurs américains...

J.M.
— 
Chris Pratt dans Jurassic World et Harrison Ford en Indiana Jones.
Chris Pratt dans Jurassic World et Harrison Ford en Indiana Jones. — Universal Pictures / Sipa

Pour Chris Pratt, il y a un avant et un après Gardiens de la galaxie. Mais c’est Jurassic World, succès interplanétaire, qui le propulse parmi les acteurs trentenaires les plus en vue à Hollywood. Comme Harrisson Ford après la sortie du premier opus de Star Wars à la fin des années 1970. Pourtant rien n’était gagné pour l’acteur américain de 35 ans.

Les témoignages des internautes : « J’ai déjà vu "Jurassic World" quatre fois et je compte bien y retourner »

Des seconds rôles mineurs

Déjà, en 2009, Chris Pratt avait raté les auditions pour les rôles principaux du Capitaine Kirk et de Jake Sully dans respectivement Star Trek et Avatar. Dommage, c’est direction Deep in the Valley, (« Hot Babes » en français) : un film dans lequel il interprète un collectionneur de films porno, qui se retrouve propulsé dans un monde où les filles sont offertes et dévêtues. Un acte de cinématographie qui s’appelle effleurer le fond.

Du coup, repli vers la télévision, comme Harrison Ford à ses débuts, où Chris Pratt interprète Andy Dwyer dans la série Parks and Recreation. Au départ, il s’agit d’un petit rôle, mais sa bouille plait tant aux téléspectateurs, que le voilà devenir un personnage récurrent. Enfin, au cinéma il obtient des rôles secondaires dans les films Delivery Man, Zero Dark Thirty, Her… Mais il reste loin de tenir le haut de l’affiche, comme Ford recruté pour le American Graffiti du réalisateur débutant Georges Lucas.

Chris Pratt a déjà signé pour la suite de « Jurassic World »

« Gardiens de la Galaxie » vs. « Star Wars »

Les Gardiens de la galaxie lui permet de s’élever un cran au-dessus de la mêlée. Engager un quasi inconnu du grand public était autant un défi que d’adapter un comics Marvel dont la franchise intéresse d’abord une poignée de fans. Pour le rôle, Chris Pratt perd quelques kilos, sa transformation en Harrisson Ford vient de commencer. Car de La Guerre des étoiles (sur lequel personne ne pariait un kopeck) aux Gardiens de la galaxie, il n’y a qu’une année-lumière.

 

Han Solo et Star-Lord. - Marvel/Sipa

 

Dans ce long-métrage de science-fiction, aux allures de space opera rétro et rigolo, il incarne un Star-Lord décontracté et cool. Un type appaté par le gain, mais qui finit par se ranger du côté des sauveurs. Mais bon sang, voilà Han Solo, qui se bat pour la République. « Pratt est à la fois macho, charmant et drôle. Un Han Solo pour la génération Facebook », relevait ainsi The Daily Beast, parmi les centaines de comparaison entre le mercenaire Marvel et le contrebandier Star Wars.

Sourire goguenard et tombeur malgré lui

Quelques mois plus tard, les dinosaures soulèvent Chris Pratt au sommet du box-office. Avec Jurassic World, ses ruines et sa jungle luxuriante, les parallèles avec Harrisson Ford période Indiana Jones fleurissent. Look d’aventurier mal embouché, sourire goguenard, tombeur malgré lui, chemise négligée et ouverte sur les pecs… Seule entorse : la veste en cuir a cédé au gilet. D’ailleurs, pour remplacer Harrison Ford dans le prochain Indiana Jones, devinez quel nom circule ?

Chris Pratt dans Jurassic World et Harrison Ford en Indiana Jones. - Universal Pictures/Sipa