Des avant-premières en France en soutien à «Much Loved», interdit au Maroc

CINEMA Interdit de diffusion au Maroc, le film de Nabil Ayouch qui doit sortir le 16 septembre en France sera montré dès ce jeudi en France, en soutien à l'auteur censuré...   

20 Minutes avec AFP

— 

Le film Much Loved, du réalisateur Nabil Ayouch.
Le film Much Loved, du réalisateur Nabil Ayouch. — Virginie Surdej

Des avant-premières de Much loved de Nabil Ayouch, film sur la prostitution présenté au dernier Festival de Cannes mais interdit au Maroc, seront organisées jeudi soir en France en soutien au réalisateur, a annoncé mercredi Pyramide, le distributeur du film.

«Pyramide organise onze avant-premières exceptionnelles à Paris et en province de Much Loved de Nabil Ayouch jeudi 11 juin à la séance de 20h», a annoncé la société de distribution dans un communiqué.

Sept cinémas diffuseront le film à Paris et quatre en province (à Rennes, Nancy, Aix-en-Provence, et Brest).

Much Loved, un film du marocain Nabil Ayouch. - Virginie Surd

Un débat sur la censure organisé à Paris 

Plusieurs organisations professionnelles, l'ARP (Association des auteurs-réalisateurs-producteurs), la Société des réalisateurs de films (SRF) et le SPI (Syndicat des producteurs indépendants), qui avaient déjà affiché leur soutien à Nabil Ayouch, organiseront également un débat sur la censure et la liberté d'expression à l'issue de la projection au Cinéma des Cinéastes, dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Much Loved, qui aborde la prostitution à travers le portrait de quatre femmes, sortira en France le 16 septembre.

Des danses et des propos jugés outrageants

Au Maroc, il devait initialement sortir en salles à l'automne, mais la publication d'extraits sur internet comportant des danses suggestives et des propos à connotation sexuelle a immédiatement suscité la controverse, dans un pays aux moeurs conservatrices. 

Le gouvernement marocain a annoncé fin mai que le film serait interdit de projection car il comporte un «outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine».