«Vice Versa» laisse parler les émotions

CINEMA Pete Docter, le réalisateur de « Là-haut », signe un nouveau grand film en plongeant dans la tête d’une fillette…

Caroline Vié

— 

Vice Versa
Vice Versa — Disney France/Pixar

Après avoir remporté un énorme succès et un Oscar pour Là-haut (2009), Pete Docter ne s’est pas endormi sur ses lauriers. Vice Versa part d’un concept passionnant : essayer de savoir ce qui se passe dans la tête d’une fillette de 11 ans ! Joie, Tristesse, Peur, Dégoût et Colère prennent la forme de créatures charmantes aux multiples aventures dans ce nouveau bijou des studios Pixar.

Dans la tête de sa fille

C’est en voyant sa propre fille devenir de plus en plus difficile à vivre au moment de la puberté que le réalisateur a eu l’idée de Vice Versa. « Il y avait vraiment des moments où je me demandais ce qui lui passait par la tête alors je me suis dit qu’il serait amusant d’aller y voir et le concept a emballé John Lasseter ». Restait une première besogne difficile : « Choisir les émotions que nous allions représenter a demandé énormément de réflexion et l’aide de plusieurs médecins. C’était une étape déterminante de la création du film car tout en découlait », dit-il.

Les voix françaises de « Vice-Versa » s’expriment ici

Représenter les émotions

Après les avoir choisies, Pete Docter a dû s’atteler au travail délicat de donner vie aux émotions. « Il fallait que chaque personnage soit représentatif de ce qu’il exprime sans tomber dans la caricature. C’est ainsi que Tristesse a la forme et la couleur d’une larme » explique-t-il à titre d’exemple. Alors que la gamine qu’elles pilotent vient de déménager avec ses parents, les émotions connaissent une véritable révolution surtout quand Joie et Tristesse s’égarent… « On a vraiment joué avec des notions complexes comme de faire évoluer le spectateur dans la mémoire et l’imagination de notre héroïne ».

>> Les prochains projets Disney/Pixar sont là

Des aventures plein la tête

Vice Versa fait sourire et verser une petite larme. « Normal, insiste Pete Docter, toutes ces émotions ont leur place dans nos vies, c’est ce que j’ai voulu montrer. On ne peut pas ressentir de la joie sans avoir connu aussi la tristesse ». Ces aventures intérieures dans le cerveau d’une petite fille étonnent par leur inventivité constante et leur richesse visuelle. « On met la barre haut chez Pixar, déclare Docter, mais je ne suis responsable du film que pour une petite partie car tout le monde est venu donner des idées ». Si la modestie est une émotion, elle occupe une belle place dans la tête du cinéaste.