«Jurassic World»: Le réalisateur a puisé son inspiration dans de vrais parcs d'attractions

CINEMA Epcott Center à DisneyWorld en Floride et les parcs Universal, firme productrice du film, ont servi de base à leurs recherches de l'équipe de «Jurassic World»...

Caroline Vié

— 

Jurassic World de Colin Trevorrow
Jurassic World de Colin Trevorrow — Universal Pictures

Si on oublie que les visiteurs s’y font croquer dans le film, le parc de Jurassic World fait rêver… On peut y voir évoluer de grosses bébêtes préhistoriques recréées artificiellement grâce à des manipulations génétiques. Certes, monter à dos de bébé tricératops, voir un T-Rex manger une chèvre ou contempler une verrière bourrée de ptérodactyles n’est pas encore possible dans la vraie vie. Pourtant, le parc peut sembler familier.


 

Un processus d’identification

« Normal, s’exclame le réalisateur Colin Trevorrow. Je suis un fan de ce genre de choses et je souhaitais que le spectateur puisse s’y reconnaître. » Il a donc étudié de près les différents parcs existants. « Pour que le spectateur s’identifie aux personnages, il fallait qu’il se sente sur un terrain connu dont les dinosaures sont le seul élément inhabituel », précise-il. Avec son équipe, il s’est donc rendu dans divers parcs afin d’étudier la façon dont ils étaient conçus. « Nous nous sommes surtout attachés à comprendre comment les bâtiments étaient placés de façon à faire évoluer la foule de façon réaliste », dit-il.

Ludique et impressionnant

Boutiques et même cinéma Imax (format géant dans lequel Jurassic World pourra être découvert dans plusieurs salles françaises) sont aussi identifiables par le spectateur. « En fait, on s’est bien amusé, comme de grands gamins avec un train électrique au décor surdimensionné. On s’est même intéressé aux jouets en collaboration avec Hasbro », explique Trevorrow. Les nouvelles figurines très inventives permettront aux vrais bambins de revivre des scènes du film. « Nous avons pris des libertés avec l’exactitude scientifique pour les dinosaures en privilégiant leur côté impressionnant et ludique comme on le ferait dans un vrai parc ».

Des influences de toutes parts

Epcott Center à DisneyWorld en Floride et les parcs Universal, firme productrice du film ont servi de base à leurs recherches. « Le Jurassic World est un endroit où les familles s’amusent en apprenant quelque chose. Même les « gyrosphères », véhicules dans lesquels les jeunes héros se font courser par un monstre plein de dents pourraient bientôt être mises au point. « C’est ça qui est drôle, précise Trevorrow. Bientôt ce sont les parcs qui puiseront des idées dans notre film ». Le dinosaure qui se mord la queue en quelque sorte…