A peine remise de son rôle de juré à Cannes, Rossy de Palma bouleverse dans «Graziella»

CINEMA Dans la peau d’une laissée-pour-compte amoureuse d’un ancien détenu, la comédienne est éblouissante…

Caroline Vié

— 

Rossy de Palma dans Graziella de Mehdi Charef
Rossy de Palma dans Graziella de Mehdi Charef — LG productions

On connaissait Rossy de Palma pour ses performances hautes en couleurs chez Pedro Almodovar notamment en dealeuse dans Attache-moi ! (1988) et la femme de ménage lesbienne de Kika (1993). 2015 aura été une année fort marquante pour la comédienne membre du jury présidé par les frères Coen au Festival de Cannes puis vedette de Graziella, émouvant film de Mehdi Charef.

Les bonheurs de Cannes

C’est visiblement ravie de son expérience cannoise que Rossy de Palma a reçu 20 Minutes pour évoquer Graziella, cette femme solitaire qui va tomber amoureuse. « J’ai compris tout de suite que nous allions bien nous entendre entre membres du jury car nous avions un respect mutuel et le même goût pour le cinéma ». Pas de coups gueule, ni de fâcheries sur la Croisette, mais une authentique complicité et un palmarès dont la comédienne est fière « Dheepan de Jacques Audiard était une évidence pour nous tous. Et Vincent Lindon a bluffé plusieurs membres du jury qui n’avaient jamais entendu parler de lui ! »

Le jury du Festival de Cannes explique pourquoi il a couronné Audiard

Les malheurs de Graziella

Loin des paillettes cannoises, Rossy de Palma trouve l’un de ses plus beaux rôles en Graziella, ancienne détenue qui s’éprend d’un prisonnier haï par tout son village incarné par Denis Lavant, une ultime chance de goûter au bonheur pour ces deux laissés-pour-compte malmenés par leur entourage. « Je rêvais de tourner avec Mehdi Charef depuis que j’ai vu Le Thé au harem d’Archimède (1984). Je l’avais contacté à plusieurs reprises sans qu’il me réponde. Puis il est arrivé avec ce scénario qu’il aura mis vingt-cinq ans à écrire pour moi ». L’attente en valait la peine : Rossy de Palma livre une performance aussi sensible que délicate en femme brisée prête à tout pour aider celui qu’elle aime.

Au naturel

Sans maquillage et sans vêtements voyants, l’actrice se met à nu en révélant les faiblesses et les forces d’un personnage tout en contrastes tentant de composer avec les fêlures d’un passé douloureux. « Graziella sera un rôle important dans ma carrière car je pense qu’il me fera voir différemment par le public. C’était un tournage sans argent mais très enrichissant ». Rossy de Palma n’a pas hésité à sacrifier sa magnifique chevelure lors d’une scène très dure. « Pour certains films, j’aurais porté une perruque, celui-ci ne permettait pas de tricher », dit-elle. Superbe et passionnée, la comédienne impressionne puis bouleverse. On ne saurait trop conseiller d’aller la (re) découvrir.