Festival de Cannes: Jacques Audiard et la Palme d'or enfin réunis..

CINEMA Jacques Audiard a enfin reçu la Palme d'or pour «Dheepan» après qu'elle lui soit passée plusieurs fois sous le nez...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Dheepan de Jacques Audiard
Dheepan de Jacques Audiard — Paul Arnaud/Why not

Ça y est ! Il l’a eue ! On ne peut que se réjouir pour Jacques Audiard qui a longemtps tourné autour de la palme d’or d’avoir enfin pu la saisir pour Dheepan, l’histoire de trois réfugiés sri lankais (un homme, une femme et une petite fille) se faisant passer pour une famille pour tenter de survivre dans une banlieue française difficile.

Cannes forever

Jacques Audiard a su se faire un prénom loin de son père Michel auquel il a rendu hommage dans ses remerciements en recevant sa Palme. Né en 1952 pour l’état civil est né comme cinéaste au Festival de Cannes en 1993 avec Regarde les hommes tomber. Depuis, il y est revenu trois fois en sélection officielle avec Un héros très discret, prix du scénario (1996), Un Prophète, Grand prix du jury (2009) et De Rouille et d’os (2012), pas de prix du tout et ce n’est pas juste. Seul De battre mon cœur s’est arrêté (2005) avec Romain Duris n’est pas allé sur la Croisette.

La quatrième est la bonne

Après avoir vu la palme lui échapper trois fois notamment pour Un Prophète où Michael Haneke - qu’il a aussi cité dans ses remerciements - l'a obtenue pour Le ruban blanc, la quatrième reprise est la bonne : l’homme au chapeau est enfin palmé. Fin observateur de la nature humaine et de la société, il a épaté le jury en décrivant comment des réfugiés qui ont fuit une guerre brutale découvrent une banlieue sous la coupe des gangs et finissent par s'adpater comme le faisait le petit délinquant joué par Tahar Rahim dans le monde carcéral d'Un Prophète.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.