Festival de Cannes: Du sperme, des larmes et des applaudissements pour Gaspar Noé

SELECTION OFFICIELLE C'était une des projections les plus attendues de ce 68e festival de Cannes: Gaspar Noé présentait «Love» en séance de minuit...

De notre envoyé spécial à Cannes, Stéphane Leblanc

— 

Projection de Love en séance de minuit à Cannes
Projection de Love en séance de minuit à Cannes — S.LEBLANC / 20MINUTES

La grande salle du théâtre Lumière était pleine à craquer, ce mercredi soir en séance de minuit largement dépassé… Gaspar Noé présentait sur grand écran et en 3D son nouveau film, Love, annoncé comme l’événement moite et sulfureux de ce 68e festival de Cannes.

Moite sans doute, car le cinéaste ne lésine pas avec la sueur, le sperme et les larmes. Mais les scènes de sexe, nombreuses et variées, ne se limitent jamais à l’acte mécanique. Elles sont longues, belles, filmées en plan large de manière à respecter les corps. Car le sujet du film, il ne faut pas s’y tromper, c’est l’amour. Même si la vision qu’en donne Gaspar Noé est plutôt mélancolique et dépressive.

Une partie du public s’est assoupie

A la fin de la projection, vers 3 heures du matin, une partie des spectateurs avouait s’être assoupie : « Pas assez nerveux », estimaient certains. Les autres, qui étaient restés éveillés étaient emballés par la sincérité de l’artiste et applaudissaient à tout rompre. Gaspar Noé n’a pas créé la polémique cannoise que l’on imaginait. Après Irréversible (2002) et Enter the void (2009), il a même rassuré sur son humanité.

Love n’est rien d’autre qu’un mélodrame sentimental et impudique, un film où les scènes de sexe ont le bon ton de ressembler, très honnêtement, à ce qui se fait habituellement hors du champ des caméras.