Thierry Frémaux dément que les talons sont obligatoires sur le tapis rouge de Cannes

POLEMIQUE Plusieurs cinéphiles se plaignent d’avoir été privées de la montée des marches cette semaine parce qu’elles portaient des chaussures plates… 

A.G.

— 

Les chaussures à talon de Cansu Dere au 68e Festival de Cannes, le 18 mai 2015.
Les chaussures à talon de Cansu Dere au 68e Festival de Cannes, le 18 mai 2015. — Arthur Mola/AP/SIPA

Robe de soirée ET talons hauts exigés pour accéder au tapis rouge cannois ? Le site spécialisé Screendaily affirme ce mardi que plusieurs femmes se sont vu refuser l’accès aux marches du Palais des Festivals dimanche pour Carol, le film de Todd Haynes, parce qu’elles portaient des talons plats. Après les nombreux reproches concernant le manque de femmes réalisatrices dans la Sélection officielle et le jury, il n’en a pas fallu plus pour que le Festival de Cannes soit de nouveau critiqué.

Démenti officiel

Pour apaiser la polémique, Thierry Frémaux, son délégué général, s’est exprimé sur Twitter. Selon lui, personne n’interdirait la montée des marches aux femmes ne portant pas de talons hauts.


Il indique par ailleurs qu’aucune mention sur les talons n’est faite dans le règlement du festival.


Un porte-parole du festival a indiqué à The Independent : « Les règles n’ont pas changé depuis des années, et il n’y a pas de mention spécifique de la hauteur des talons des femmes ou des hommes. Afin de s’assurer que la règle est respectée, on a rappelé ce règlement aux hôtes et hôtesses du Festival. »

Deux poids deux mesures ?

Pourtant, Screendaily affirme de son côté que l’accès à l’avant-première mondiale de Carol a été refusé à plusieurs personnes, dont des personnes âgées ayant des problèmes de santé, parce qu’elles portaient des chaussures plates à strass. Le site spécialisé ajoute pae ailleurs que le festival « a confirmé qu’il était obligatoire pour toutes les femmes de porter des talons hauts aux séances avec tapis rouge ».

Buzzfeed France a de son côté donné la parole à une étudiante en cinéma qui affirme ne pas avoir eu de place pour la projection de The Sea of Trees de Gus Van Sant dimanche soir pour les mêmes raisons. Elle attendait dans la file des dernières minutes vêtue d’une robe de soirée avec « de belles chaussures plates argentées ». « On était dans les premiers de la file, et le type de la sécurité regardait un peu les gens de devant et il a dit que je ne rentrerais pas à cause de mes chaussures. J’ai dit “est-ce que c’est la couleur ou les talons le problème ?”. Il m’a dit les deux, mais je pense que c’était vraiment les talons, raconte-t-elle. Je lui ai dit que je ne pouvais pas en porter, et il m’a demandé une carte handicapée, c’est surtout ça qui m’a choquée. »

La jeune femme a répondu aux tweets de Thierry Frémaux ce mardi.

Autre témoignage de poids : Asif Kapadia, le réalisateur d’Amy, biopic sur Amy Winehouse, a indiqué sur Twitter que sa femme avait été confrontée au même problème. Il a toutefois précisé qu’on l’avait finalement laissé monter les marches ensuite.

Lors de la cérémonie d'ouverture du festival, la semaine dernière, Isabella Rossellini, la présidente du jury Un certain regard, avait monté les marches en sandales plates. Deux poids deux mesures ?