Festival de Cannes: Pourquoi Denis Villeneuve aura le Prix de la mise en scène pour «Sicario»

CINEMA Le buzz cannois annonce Denis Villeneuse comme favori du Prix de la mise en scène pour «Sicario»...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Denis Villeneuve sur le tournage de Sicario.
Denis Villeneuve sur le tournage de Sicario. — Metropolitan Filmexport

La fin justifie-t-elle les moyens ? Tel est le problème auquel sont confrontés les personnages de Denis Villeneuve dans Sicario. Une jeune agente du FBI y découvre les méthodes plutôt discutables d’un groupe d’intervention violant la frontière mexicaine au mépris des lois pour régler les comptes à des narcotrafiquants. Une mise en scène nerveuse rend le suspense haletant pour ce thriller entre polar et film de guerre.

Les enjeux du film par ici

« Ce sujet m’a attiré parce qu’il posait des questions plutôt que de donner des solutions, explique le Québecois, réalisateur d’Incendies (2011) et de Prisonners (2013), en conférence de presse. Je souhaitais montrer que les frontières sont de plus en plus floues entre ce qui est justifiable et ce qui ne l’est pas ». Cette capacité à ne pas asséner son opinion est l’une des choses qui ont le plus impressionné l’actrice Emily Blunt. « Denis fait partie des rares cinéastes qui ont l’humilité d’avouer qu’ils ne savent pas quelque chose et qu’ils vont passer la nuit à y réfléchir », estime-t-elle.

Bien parti pour un prix

Benicio Del Toro et Josh Brolin étaient tout aussi émerveillés par les méthodes de travail de Villeneuve. « Denis est l’un des réalisateurs les plus collaboratifs que j’ai jamais rencontrés, rapporte Benicio Del Toro. Et Josh Brolin d’ajouter : « Il vous donne l’impression que le film repose sur votre prestation en vous donnant envie de l’impressionner ». Même le grand chef opérateur Roger Deakins ne tarit pas d’éloges sur ce cinéaste qui « prépare un story-board pour avoir des bases mais laisse une large part à la spontanéité ». Entre ce déluge de compliments et l’excellente réception des festivaliers, difficile d’imaginer le réalisateur absent du palmarès, pour la qualité de sa mise en scène justement.