Festival de Cannes: Xavier Dolan lance une compétition de courts-métrages

CINEMA Le cinéaste est le parrain d'une compétition destinée à découvrir les réalisateurs de demain...

Anne Demoulin
— 
Xavier Dolan sur la plage Magnum à Cannes.
Xavier Dolan sur la plage Magnum à Cannes. — A. Demoulin/20 Minutes

Xavier Dolan a quitté son costume de membre du jury de la 68e édition du Festival de Cannes pour endosser celui de coach de futurs talents du cinéma ce samedi sur la plage Magnum à Cannes. Le réalisateur québécois va lancer une compétition de courts-métrages baptisée #Viemagnifique, en partenariat avec I-D, une chaîne de Vice dédiée à la mode et à la vidéo, et Magnum.

« J’attends de l’honnêteté »

Xavier Dolan sera le « parrain » et conseiller des talents sélectionnés qu’il guidera jusqu’à la diffusion de leur film sur I-D, en septembre prochain. Qu’attend le réalisateur de Mommy, Prix du jury à Cannes en 2014 de ces jeunes talents ? « J’attends de l’honnêteté de la part de ces jeunes réalisateurs, qu’ils soient eux-mêmes, une liberté dans leurs scripts, j’espère être surpris ! », explique-t-il. « De nos jours, tout le monde peut filmer. Je cherche quelqu’un avec œil », a-t-il précisé.

« J’ai appris beaucoup de choses des critiques »

« C’est intimidant d’être conseiller, mais j’aime quand mes amis me demandent mon avis sur leur scénario, même si je ne me suis jamais envisagé comme quelqu’un qui peut donner des conseils », continue le cinéaste.

« J’espère pouvoir aider ces jeunes réalisateurs à dire ce qui va et ce qui ne va pas, dans la limite de mes capacités. Et surtout, à être ouvert aux critiques. Voilà le genre de conseils stupides que je pourrais donner. Personnellement, je lis tout ce qui concerne mon travail. J’ai appris beaucoup de choses des critiques, même si certaines ont été très douloureuses », a encore déclaré le jeune prodige du cinéma, qui avoue qu’il considère « le court-métrage comme un exercice difficile ».

Pourquoi avoir accepté de participer à cette aventure ? « Je n’ai pas eu de main tendue quand j’ai commencé, mais j’aurai aimé. »