En compétition au Festival de Cannes: «La forêt des songes» de Gus Van Sant

CINEMA Chaque jour, «20 Minutes» vous présente les enjeux des films en compétition sur la Croisette. Ce samedi 16 mai, «La forêt des songes» de Gus Van Sant...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Matthew MacConaughey dans La Forêt des songes de Gus Van Sant
Matthew MacConaughey dans La Forêt des songes de Gus Van Sant — SND

Gus Van Sant a déjà obtenu la Palme d’or en 2003 pour Elephant et le prix du 60e anniversaire pour Paranoid Park (2007). Il était de retour au festival en 2011 avec Restless. Comme son collègue Nanni Moretti, il brigue une entrée dans le club des doubles palmés que La forêt des songes pourrait lui apporter.

Si le film m’était conté

Un Américain désespéré se rend au Japon pour se suicider dans une immense forêt où de nombreuses personnes viennent mettre fin à leur jour. Il y rencontre un Japonais venu pour les mêmes raisons qui va le conduire à s’interroger sur sa vie et sur ses intentions.

Si sa sélection m’était expliquée

Gus Vant Sant est un grand cinéaste multiprimé et plusieurs fois cité aux Oscars. Il emmène dans son sillage Matthew McConaughey, lauréat d’un Oscar pour Dallas Buyers Club (2014) et star de mini-série « True Detective » (2014). Naomi Watts est aussi du voyage à Cannes mais pas Ken Watanabe, retenu au Japon.



Si on m’avait dit

Gus Van Sant n'a tourné que quelques plans de son film dans la forêt d’Aokigahara au pied du Mont-Fuji. Le reste du tournage s'est déroulé aux Etats-Unis. En 2013, le scénario a figuré sur la liste des films qui auraient le plus de mal à être monté en raison de son sujet. Ken Watanabe était impliqué dans le projet avant que Gus Van Sant et Matthew McConaughey s'y intéressent.

Si on lui donnait la Palme

Ce conte fantastique très touchant doit beaucoup à la performance de Matthew McConaughey, notamment dans les scènes intimistes où il se souvient de sa vie avec Naomi Watts. Il ne serait pas étonnant de voir les comédiens récompensés mais on peut aussi imaginer que le scénario émeuve les plus sensibles des membres du jury.