«A la poursuite de demain»: Comment Brad Bird fait aimer la SF aux réfractaires du genre

EN SALLES  «A la poursuite de demain», en salle ce mercredi 20 mai, est un film de science-fiction épatant à déguster en famille...

Caroline Vié

— 

A la poursuite de demain
A la poursuite de demain — 2015 Walt Disney Pictures / Industrial Light & Magic

Brad Bird est un réalisateur surdoué. Découvert grâce à des classiques de l'animation comme Les indestructibles (2004) et Ratatouille (2007) chez Pixar, il s'est aussi imposé comme cinéaste en prise de vues réelles en dirigeant Tom Cruise dans Mission Impossible: Protocle Fantôme (2011). Il allie aujourd'hui sa passion pour le monde de Walt Disney et le cinéma avec A la poursuite de demain, un film qui pourrait faire aimer la science-fiction aux spectateurs les plus réfractaires à ce genre... 20 Minutes vous explique pourquoi...

On y comprend (enfin) quelque chose

Les voyages dans l'espace-temps des héros sont clairs. Le spectateur n'a pas besoin de se gratter l'occiput avec perplexité pendant la projection. On peut donc aller voir le film en famille pour savoir si George Clooney et la jeune Britt Robertson vont pouvoir sauver la Terre menacée de destruction. Leurs aventures font davantage penser à Retour vers le futur (Robert Zemeckis, 1985) qu'à Interstellar (Christopher Nolan, 2013)...

C'est librement inspiré de Disneyland

Tomorrowland (Le titre original du film) est un des quartiers de Disneyland et les scénaristes savent comment exploiter intelligemment la mythologie de la firme de Mickey. Il suffit de repenser à la fresque Pirates des Caraïbes pour en être convaincus. Les mordus du parc d'attractions s'amuseront à en reconnaître les références car une partie du film y a été tournée. Les autres s'esbaudiront devant les décors superbes.

C'est un feel good movie

Brad Bird est un roi de l'action et du suspense. Il fait monter la pression en multipliant les scènes d'action autour d'un méchant d'anthologie campé par Hugh Laurie, qui fut le héros de la série Dr. House. Le message écologique du scénario rend l'ensemble encore plus sympathique, permettant de renouer avec une tradition de science-fiction humaniste et divertissante.

C'est un vrai voyage dans le temps

De l'exposition universelle de 1964 au parc créé par Walt Disney en 1965, Brad Bird se plaît à promener son public dans des lieux merveilleux comme une maison truffée de pièges comme une attraction de fête foraine. Le spectateur retombe en enfance avec lui et battrait presque des mains de joie devant tant d'éléments réunis pour son plaisir. A la poursuite de demain, c'est vraiment du divertissement à l'état pur.