Festival de Cannes: Et si les Français faisaient main-basse sur les prix?

CINEMA L'un des films français pourrait-il obtenir la récompense suprême? Des actrices et acteurs seront-ils distingués? «20 Minutes» a tenté d'en évaluer les chances...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Vincent Lindon dans La loi du marché de Stéphane Brizé
Vincent Lindon dans La loi du marché de Stéphane Brizé — Nord-Ouest Films - Arte France Cinéma /Diaphana

Sachant que le jury délivre sept prix et que cinq des 19 films en compétition sont français, quel est le pourcentage de chance pour que Français remporte la palme? Et juste un prix? Statistiquement, c'est loin d'être négligeable! En réalité, c'est même plus que ça.

Un vent de jeunesse souffle sur la compétition, à relire ici

On sait en tout cas qu'au soir de la clôture, Agnès Varda recevra une Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière... 

Voyage, inceste, passion ou drame social

Un ou plusieurs films français emboîteront à coup sûr le pas à la doyenne des réalisatrices françaises. Car notre cinéma a plus d'un tour dans son sac pour séduire le jury présidé par les frères Coen... La récompense suprême attribuée à Dheepan de Jacques Audiard, tourné en Inde, permettrait au réalisateur d'Un Prophète d'échapper à la «malédiction Pedro Almodovar» du type souvent sélectionné, mais jamais palmé. 

Valérie Donzelli et son Marguerite et Julien devrait émoustiller les jurés avec son histoire d'amour incestueuse inspirée d'un scénario jamais tourné de Truffaut. A moins qu'ils ne préfèrent le couple «so french» Isabelle Huppert/Gérard Depardieu en deuil dans The Valley of Love de Guillaume Nicloux. Ou encore la passion amoureuse destructrice selon Maïwenn dans Mon roi. Il y a des chances que le calvaire du chômeur incarné par Vincent Lindon dans La loi du marché puisse aussi les toucher...

Sur le papier, les cinq films pourraient donc parfaitement recevoir les cinq prix en lice: palme d'or, grand prix, prix du jury, prix de la mise en scène et prix du scénario. Mais ça risquerait de faire jaser.

Et pour les prix d'interprétation?

Pour les meilleurs acteurs et actrices, c'est aussi l'embarras du choix. Les amis étrangers ont toujours eu un faible pour notre Gérard Dipardiou (inter)national et Vincent Lindon entouré d'acteurs non professionnels a aussi ses chances. Chez les dames, Léa Seydoux, future James Bond Girl, peut rafler le prix d'interprétation grâce à The Lobster du Grec Yorgos Lanthimos. Marion Cotillard aussi, ex-Môme Piaf devenue l'héroïne de Mac Beth de l'Australien Justin Kurzel. Verrons-nous des Français sur scène le 24 mai au soir? Il y a des chances, donc, même si la réponse ne sera donnée que le soir même en clair et en direct sur Canal+.