«Fury Road»: Ce qui change et ce qui reste des premiers «Mad Max»

CANNES Pas de trahisons majeures, «Mad Max: Fury Road» est fidèle à l'esprit de ses prédécesseurs...

Caroline Vié

— 

Mad Max: Fury Road
Mad Max: Fury Road — Warner Bros

Les trois premiers films, Mad Max (1979), Mad Max 2: Le défi (1981) et Mad Max: Au-delà du dôme du tonnerre (1985) sont ressortis en vidéo chez Warner. De quoi faciliter la comparaison avec le nouvel opus mis en scène par George Miller.

Plus spectaculaire

Des 350.000 dollars de budget du premier Mad Max aux 150 millions de dollars de Fury Road, l'addition s'est envolée. Plus question pour l'ex-médecin George Miller de devoir multiplier les consultations pour se payer des voitures et des cascades. Sans compter des effets spéciaux qui n'en étaient qu'à leurs balbutiements quand il a débuté.

Moins brutal

Le premier film interdit aux moins de 18 ans en France à sa sortie. Depuis, sa classification a été revue à la baisse (12 ans). Ce nouvel opus est plus proche de Mad Max 1 et 2 par son côté western avec poursuite de diligence façon La chevauchée fantastique revisitée àla sauce futuriste que du troisième volet nettement plus foutraque.

Moins dangereux

Bien que les rumeurs d'un mort sur le tournage du premier Mad Max soient infondées, Miller prenait des risques et plusieurs cascadeurs ont été blessés. N'ayant pas un sous et pas d'effets spéciaux, il faisait avec les moyens du bord. Rien de ce genre sur Road Fury dont les trois cents cascades annoncées ont été effectuées en toute sécurité.

Moins d'inconnus

En 1979, Mel Gibson n'était pas une star. Il est arrivé tout cabossé après une bagarre et c'est comme ça qu'il a été engagé! Même sur Mad Max 2, le comédien américain n'était pas encore une vedette.  Aujourd'hui, ce sont des acteurs réputés comme Tom Hardy et Charlize Theron qui prennent la relève, grimmés mais reconnaissables.

Toujours de chouettes méchants

On se souvient du féroce Toecutter ( «La Tondeuse» dans la version française) du premier film. Le même acteur Hugh Keays-Byrne remet le couvert en 2015 dans la peau d'un autre salaud de grande envergure, Immortan Joe. Ce gars-là n'a vraiment aucun scrupule. Mais pourquoi est-il si méchant?

Encore une femme forte à la manœuvre

Tina Turner ne se contentait pas de pousser la chansonnette dans le troisième film. Elle composait un personnage chef de clan à qui on avait envie de dire «oui madame» de peur de se faire envoyer dans une fosse à cohon. Même motif, même punition pour Charlize Theron alias Furiosa qui a, en revanche, mis ses forces au service des gentils.