Smaïn: «L'Algérie est mon pays de naissance et la France mon pays de reconnaissance»

CINEMA Smaïn Fairouze revient ce mercredi sur grand écran avec la comédie «Certifiée Halal»...

Caroline Vié
— 
Mourade Zeguendi, Hafsia Herzi et Smaïn dans Certifiée Halal
Mourade Zeguendi, Hafsia Herzi et Smaïn dans Certifiée Halal — Fennec Production/MLA films

La comédie Certifiée Halal marque le grand retour de Smaïn Fairouze au cinéma. Mahmoud Zemmouri, que l'acteur définit comme le «Jean-Pierre Mocky algérien» signe ce film burlesque et bon enfant qui offre un rôle en or au comique. Il y incarne un petit délinquant mêlé à une délirante histoire de mariage forcé et d'échange d'épouses sur fond de quiproquos multiples. Une bonne occasion pour Smaïn de revenir sur sa carrière dans 20 Minutes...

On ne vous voyait plus depuis un moment, qu'étiez-vous devenu?

Depuis l'échec du Schpountz (Gérard Oury, 1999), les producteurs me font un peu la tête. Heureusement qu'il me reste la scène. C'est ce qui fait que je n'ai pas arrêté de travailler depuis le début de ma carrière, il y a 34 ans.

Estimez-vous avoir connu une traversée du désert?

Il est certain qu'à un moment, je me suis mordu la queue. J'ai été trop médiatisé, mais il est difficile de dire non lorsqu'on vous réclame. Le public a eu du mal à me reconnaître dans ce que j'étais devenu et moi aussi. Je n'ai pas su gérer mon absence.

Comment définiriez-vous votre image?

J'étais le rebeu de service, ce qui est d'autant plus drôle que je ne suis pas arabe... L'Algérie est mon pays de naissance et la France mon pays de reconnaissance. J'ai été le premier brun frisé à devenir une star.

Feriez-vous la même carrière si vous débutiez aujourd'hui?

Certainement pas! Ne serait-ce que parce que je ne suis plus le premier. Les années 1980 offraient une conjoncture idéale pour quelqu'un comme moi. C’était une période de grande splendeur pour une France ouverte et laïque, celle du vivre ensemble.

L'attentat de Charlie Hebdo vous a touché?

Il m'a bouleversé. J'ai eu l'impression que tout était à recommencer. J'aimerais penser qu'un film comme Certifiée Halal va dans le bon sens en riant des idées reçues. Comme je le dis toujours: «Si le rire est le propre de l'homme, je veux être son gant de toilette».

C'est son message qui vous a séduit dans ce film?

J’aime le fait qu'il honore les femmes en célébrant leur liberté et leur force avec un humour très revigorant. Et j'étais heureux de retrouver Hasfia Herzi, une comédienne épatante et pleine de fantaisie.

Comment envisagez-vous votre avenir professionnel?

Je veux me réinventer en faisant de choses différentes. Certifiée Halal est un pas dans cette direction, comme l'album que j’ai écrit et interprété avec Michel Legrand. Etre un homme d'écriture fait toute la différence dans ma carrière comme dans ma vie!