L'une des affiches polémiques de Love
L'une des affiches polémiques de Love — Wild Bunch Distribution

CINEMA

VIDEO. «Love»: A dix jours du Festival de Cannes, le film de Gaspar Noé est déjà en tête du buzz

Quand la plupart des films du Festival de Cannes se contentent d'égrener leurs premières bandes-annonces, «Love» de Gaspar Noé alimente le buzz avec des affiches destinées à un public pour le moins averti...

En matière de teasers des films en sélection officielle à Cannes, les Italiens de la compétition ont pris une longueur d'avance vis-à-vis de leurs concurrents: leurs trois bandes-annonces sont prêtes. Certaines sont esthétiquement sublimes, comme pour La Jeunesse, de Paolo Sorrentino, ou encore plus impressionnantes, celle de Tale of tales, de Matteo Garrone que nous nous faisons un plaisir de vous présenter ci avant. Alléchant, non? 

Il y aussi des images moins exubérantes, parce que les films qu'elles défendent sont plus réalistes, ou intimistes, comme pour Mia Madre, de Nanni Moretti, La Tête haute, de la Française Emmanuelle Bercot, ou Notre petite sœur, du Japonais Hirokazu Kore-eda. Hors compétition, il y a bien sûr les images explosives de Mad Max, qui sort le 14... 

Les campagnes d'affichage vont bon train également. On avait relevé les images rigolotes des héros de Vice Versa sur la Croisette (la première bande-annonce, elle, a été dévoilée en octobre). Et voilà que circulent depuis quelques jours celles, nettement plus provocatrices, du dernier film de Gaspar Noé, Love, présenté comme «un drame érotique», et programmé dans le cadre des séances de minuit.

Gaspar Noé, celui par qui le scandale arrive

C'est là qu'on imagine le cinéaste préparer avec délectation un nouveau scandale. A moins qu'il s'agisse d'une initiative toute personnelle du producteur du film, Alain Maraval. Car c'est lui qui a lancé les deux affiches qui font déjà le buzz sur le web. La première représente un baiser très hot entre deux femmes et un homme alors que la seconde, hautement sexy, offre une vue nettement plus X d'un sexe masculin en pleine éjaculation.

Contacté par 20 Minutes alors qu'il est encore en montage, Gaspar Noé n'a pas voulu commenter. Mais le réalisateur est un habitué des coups de chaud à Cannes. Dès ses premiers films, Carne (1991) et Seul contre tous (1998), découverts à la Semaine de la Critique, il a fait souffler un vent sulfureux sur la Croisette. 

Le phénomène s'est amplifié avec les présentations d'Irréversible (2002) où une scène de viol avait fait partir de nombreux spectateurs et d'Enter the Void (2009) en Sélection officielle dont les séquences de drogue et de sexe avaient secoué les festivaliers. Love sera-t-il aussi choquant que ses affiches le laissent imaginer? Il s'agit d’ores et déjà de l'un des films qui fait le plus parler de lui avant Cannes, alors que personne ne l'a encore vu. Pas même son réalisateur qui ne l'a pas tout à fait terminé.