Le cinéaste René Féret est décédé

CINEMA Son dernier film, «Anton Tchekhov 1890», est sorti en salles le mois dernier…

A.G. avec AFP

— 

Le réalisateur René Féret à New York en 2011.
Le réalisateur René Féret à New York en 2011. — BEHAR ANTHONY/SIPA

Les spectateurs peuvent encore admirer sa dernière œuvre sur grand écran, mais il n’est plus. Le cinéaste René Féret, qui a réalisé Anton Tchekhov 1890, est mort des suites d’une longue maladie dans la nuit du 27 au 28 avril à l’âge de 69 ans, indique Le Monde.

Né en 1945 dans une famille modeste de petits commerçants du Nord, il avait été profondément marqué par la figure d'un frère décédé avant sa naissance, à l'âge de 4 ans, et dont il portait le nom: René. «Une image immobile a hanté mon enfance», a écrit René Féret, «c'est la photographie en noir et blanc d'un enfant de quatre ans auquel ma mère me faisait ressembler et dont je porte le prénom».
 
Cinéaste de l'intime, René Féret a bâti une oeuvre très personnelle à partir de son histoire familiale. On doit au réalisateur indépendant des films comme La Communion Solennelle (1976),  Le Mystère Alexina (1985), Baptême (1988) ou plus récemment Nannerl, la sœur de Mozart (2010), Malade Solario (2012), Le Prochain Film (2013) et Anton Tchekhov 1890.

René Féret avait remporté le prix Jean Vigo en 1975 pour son premier long-métrage, L’Histoire de Paul, un film autobiographique inspiré de son séjour en asile psychiatrique lorsqu'il avait une vingtaine d'années.

Il est également l'auteur d'un roman, Baptême, sorti chez Robert Laffont en 1990 et édité en collection Livre de poche.
 
René Féret était également producteur (Moi, Pierre Rivière ... de René Allio, Dernier été de Robert Guédiguian), distributeur de ses films et comédien à l'occasion (La Fille prodigue de Jacques Doillon, ou Est-Ouest de Régis Wargnier notamment).