En lice pour diriger Tom Cruise, Michel Hazanavicius veut faire autre «OSS 117»

CINEMA Le réalisateur oscarisé pour The Artist était l'un des invités du festival du film français Colcoa à Los Angeles...

20 Minutes avec AFP

— 

Michel Hazanavicius à Cannes
Michel Hazanavicius à Cannes — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Un Oscar et une star. Michel Hazanavicius, oscarisé pour The artist, est en lice pour réaliser un film avec Tom Cruise, Bob the musical, a-t-il déclaré jeudi au festival du film français Colcoa à Los Angeles.

«C'est une idée de film merveilleuse, et puis il y a Tom Cruise, ça se passe de commentaires. J'espère que nous allons le faire», a-t-il expliqué au public du festival Colcoa, qui dure jusqu'à lundi, précisant que le réalisateur du film et le casting lui-même étaient encore en cours de discussion.

D'après la revue spécialisée The Wrap, Bob the musical est une comédie en préparation de Disney sur un homme qui voit sa vie transformée en comédie musicale après avoir reçu un coup sur la tête.

Un troisième OSS 117

Interrogé, le réalisateur de la série des OSS 117, avec son acteur fétiche Jean Dujardin, a laissé entendre qu'il pourrait y avoir un troisième opus de ces comédies très anti-politiquement correcte.

«Je pense qu'il y en aura un autre mais je ne sais pas quand, peut-être serez vous morts», a-t-il plaisanté.

«J'ai besoin d'un désir fort et aussi d'une bonne idée, car j'ai du respect pour les deux premiers» opus des aventures d'OSS117, parodie d'un agent secret à la James Bond sexiste, antisémite, raciste, et surtout «vraiment idiot».

Faire une suite «juste pour l'argent serait le pire», a-t-il estimé.

Il a aussi fait valoir qu'il y avait «quelque chose de très politique d'une façon très drôle» dans OSS117, mais que le contexte en France a changé. «Maintenant en France cette espèce d'ironie est partout» et en même temps le pays fait face à «une montée de l'extrême droite».

«J'aime vraiment la comédie, mais je me disais l'autre jour que si l'extrême droite remporte les élections alors il y aura peut-être un autre OSS117 mais sans blagues».

«Je ne suis pas sur que l'ironie est la bonne réponse à la montée de l'extrême droite, je pense que ça peut être dangereux maintenant d'être ironique. De nos jours, si on veut être subversif, il faut être très sérieux», a-t-il encore insisté.

Il a loué Jean Dujardin, qui a remporté l'Oscar du meilleur acteur pour The artist et qui incarne aussi l'agent OSS117. «Les choses qu'il dit sur les femmes, les juifs, les musulmans, les homosexuels, les noirs...C'est tellement idiot qu'il fallait vraiment créer un équilibre. Avec un acteur qui n'aurait pas eu de charme le public aurait quitté les salles de cinéma».

«Il a créé ce personnage qui a un côté enfantin, presque naïf, qui n'est pas vraiment méchant mais qui est vraiment très très bête», a-t-il poursuivi.

Un film sur la guerre en Tchétchénie

A propos du succès de The artist, qui a remporté 5 Oscars dont meilleur film, meilleur acteur et meilleur réalisateur, le cinéaste a souligné qu'il lui avait permis de «financer un film sur la guerre en Tchétchénie, c'est énorme car on a trouvé beaucoup d'argent pour un sujet difficile».

«Ça a aussi changé l'image que les gens ont de moi. Maintenant il y en a qui m'aiment trop, et d'autres qui me haïssent trop», a-t-il lancé, pince-sans-rire.