Pourquoi Wim Wenders a eu raison de tourner «Everything will be fine» en 3D relief

CINEMA Le grand réalisateur allemand a joué sur la 3D relief pour amplifier un drame bouleversant...

Caroline Vié
— 
Charlotte Gainsbourg et James Franco dans Everything will be fine
Charlotte Gainsbourg et James Franco dans Everything will be fine — Bac Films

Wim Wenders a fait un choix culotté pour Everything will be fine. Il a décidé de filmer ce drame intimiste en 3D relief. Les rapports entre un écrivain paumé qui retrouve l'inspiration après avoir tué un gamin avec sa voiture. Le réalisateur de Paris,Texas  (1984) et des Ailes du désir (1987) a expliqué ce choix à 20 Minutes...

 Wim Wenders à la Berlinale 2015, c'est ici

Comment il a découvert la 3D

C'est pour Pina, son magnifique documentaire sur la chorégraphe Pina Bausch, que Wim Wenders s'est initié à la prise de vue en relief pour la première fois.

«Ce procédé permettait à la danse de trouver une place dans le cinéma. Il existe une grande affinité entre les deux, dit Wim Wenders, mais nous étions constamment obsédés par la profondeur de champ. C'est en tournant des gros plans avec chaque danseur que j'ai eu envie de tourner un drame en 3D.»

Regarder dans l'âme des acteurs

Les gros plans fixes et muets sur les danseurs ont bouleversé le réalisateur qui a ressenti un violent choc esthétique.

«Ce n'était rien de spectaculaire mais j’avais l'impression qu'on pouvait regarder dans l'âme des danseurs, qu'on pouvait voir plus que jamais dans ces gros plans. Le relief apportait une présence différente devant la caméra. C'est là que je me suis dit que ce serait génial dans une histoire intime».

Capter chaque détail des performances

C'est donc avec de petites caméras numériques et la complicité du chef opérateur Benoît Debie que Wim Wenders a filmé James Franco et Charlotte Gainsbourg.

«La 3D est très dure pour les acteurs parce qu'elle ne leur passe rien. Il faut qu'ils intériorisent leur jeu pour ne pas être caricaturaux. Ils savent que chacune de leurs expressions est captée de près. C'est presque comme des rayons X qui regardent dans leur âme».

Gagner en intensité

Le spectateur a l'impression de plonger au cœur même des sentiments des personnages tant Wim Wenders les filme au plus près de leurs émotions.

«La 3D immerge le public dans l'histoire même si le scénario ne comporte pas de scène d'action, à l'exception de l'accident de voiture. C'est une façon de plonger dans le réel contrairement à un certain cinéma qui se sert du procédé pour du divertissement éloigné de tout réalisme, ce qui ne m'intéresse pas».