Le Journal du Festival

Nos reporters à Cannes

— 

Dimanche 27 mai

Classe/Pas Classe
Toujours zéro pronostic mais dans la foule des journalsites qui vont aux séances de rattrapage, on en entend des vertes et des pas mûres. Ainsi, à propos du film de Julian Schnabel «Le scaphandre et le papillon»: «quand on fait un film sur les handicapés, on es sûr d’avoir un prix.» 


Déjà prête pour un autre film

«Le scénario (de mon prochain film) est écrit, je publie le livre à la rentrée, Naomi (Campbell) est mon choix et je suis le sien. On verra», a déclaré au «Film Français» la réalisatrice Catherine Breillat, qui prépare déjà son prochain film alors que «Une vieille maîtresse» est en compétition à Cannes.

Cannes pas à Cannes

C'est aussi l'heure des dernières séances pour le premier festival "Cannes et banlieues". Samedi soir, c'est un film de la sélection officielle, "De l'autre côté" du germano-Turc Fatih Akin, lauréat du prix du jury oecuménique, qui a été projeté aux Ulis (Essonne).
"En moyenne 3.000 spectateurs ont assisté aux séances chaque soir. Ce soir, il doit y avoir près de 2.500 personnes", a indiqué le réalisateur Luc Besson, à l'origine de ce festival.

La loi des trois F

«Au Casino de Cannes, nous ne faisons pas plus de chiffre d’affaires pendant le Festival que les autres jours de l’année. Car pour les festivaliers, il y a plein d’autres dérivatifs que le jeu: les fêtes, les films et les filles.» Dixit Dominique Desseigne, le PDG du groupe Lucien Barrière. Lucide?

Samedi 26 mai

Le degré zéro du pronostic

Le Festival s’achève et, en attendant le verdict du jury dimanche soir, les pronostics vont mauvais train. Personne n’ose parier pour la Palme d’or tant les avis divergent. Pourtant, certains films sont «presque sûrs d’obtenir un prix (lequel? on ne sait pas, ndrl)», entend-t-on dire sur la terrasse du restaurant de Canal +. Parmi ces «presque sûrs» figurent «Persepolis» de Marjane Satrapi, «No Country for old men» des frères Coen, «We own the night» de James Gray et «Zodiac» de David Fincher. Bref, sachant cela, on n’est guère plus avancé. Par ailleurs, le jury ne se serait pas réuni pour débriefer à mi-parcours. Autant dire que la délibération risque d’être longue. «Pas forcément, répond un habitué. Il suffit qu’un des jurés se fasse entendre plus fort que les autres...»

Une fête avec Tarantino
La soirée donnée en l’honneur de «Death Proof», le film de Quentin Tarantino présenté en sélection officielle, était forcément... glamour. Aux côtés du réalisateur figuraient le déjanté Kurt Russel et la belle Rosario Dawson, qui jouent dans le film. Autre guest star: Claudia Schiffer. Dans cette vidéo, c’est comme dans une vraie fête: on voit les lèvres de tout ce beau monde remuer mais on n’entend pas ce qu’ils disent.



Mouais...
«C’est quoi le discours politique du film d’Emir Kusturica?, s’interroge un journaliste. Il y a une symbolique derrière ses tours du World Trade Center de Serbie, non?». «Promise me this» a été projeté ce samedi à Cannes, sans secousse sismique apparente auprès des critiques de cinéma.

Vendredi 25 mai

950

C’est le nombre de convives attendus pour le cocktail dinatoire dimanche soir, à l’occasion de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes. Bruno Oger, le chef de l’hôtel Majestic, est parfaitement rodé à l’exercice. Non seulement il a déjà orchestré les dîners des 50ème et 60ème anniversaires du Festival, mais son équipe de cuisiniers sert chaque jour entre 2.000 et 2.500 personnes depuis le début des festivités.
A.A.

Non assistance à personne à pomponner

«A Cannes, tu as plutôt intérêt à savoir te maquiller et te coiffer toute seule. C’est tellement la folie ici, que si tu attends que le coiffeur arrive avant la montée des marches, tu es mal», sourit Sara Forestier, actrice révélée par «L’Esquive» en 2005, et marraine aujourd’hui du Prix de la Jeunesse, récompensant des textes écrits par des jeunes sur leur rapport au cinéma.
A.A.

En rade
Quand on vous disait que la fatigue se faisait sentir. La preuve, cette photo d'un festivalier échoué...

Jeudi 24 mai

Geoooooooooooooooooooooorges
C'est l'hystérie quand ils déboulent sur les marches. Ils, c'est Matt Damon et Georges Clooney. Voir la vidéo.



Actrice mais pas trop

Asia Argento est l’actrice principale d’«Une Vieille maîtresse», le film de Catherine Breillat présenté ce vendredi au Festival de Cannes. Mais elle est aussi la reine des platines et ne manque pas de le montrer au détour d’une fête cannoise. Voir la vidéo.



Emeute pour Brad, George et les autres
C’est l’émeute sur la Croisette. Les gens attendaient depuis des heures sous le soleil brûlant, certains étaient même montés au arbres pour attendre George, Matt, Brad et Angie… Ils viennent d’être payés pour le patience. Les stars ont pris le temps de poser pour des photos et de signer des autographes. Angelina Jolie, sublime dans une robe jaune qui révélait ses tatouages, a marché bras dessus, bras dessous avec son Brad Pitt de mari pour monter les marches. Georges Clooney, tout sourire, a failli déclencher une émeute et Matt Damon a déclaré avoir été très impressionné par sa première expérience cannoise. Bien que prévenu par ses potes, il ne s’attendait pas à ça. Après avoir été chaleureusement accueillie à son entrée dans la salle, l’équipe s’est assise. Il est 19h45. Le projection va commencer!
C.V.

La réplique du jour
«Vous êtes encore en analogique alors qu'on est passé à l'ère numérique», s'entendent dire Brad Pitt et Georges Clooney, voleurs en chef dans «Ocean's Thirtheen», de Steven Soderbergh. Les beaux gosses de la planète cinéma seraient-ils dépassés? A la fin du film, en guise de clin d'œil, Brad conseille à Georges de «faire attention à sa ligne», lequel répond: «Et toi, tu devrais te caser, avoir des gosses», fine allusion à la ribambelle d'enfants adoptés par la conjointe de l'acteur, Angelina Jolie.
A. A.

Honneur aux anciens

Le Festival de Cannes vient de décerner sa médaille à une trentaine de journalistes: ceux qui couvrent le Festival depuis le plus longtemps. Le doyen, âgé de 80 ans, s’appelle Angelo Macario. Toujours en activité, le journaliste italien est le seul à avoir couvert la première édition du festival de Cannes en 1946, et collabore aujourd'hui au mensuel italien «Festival News».

Et la Palme est attribuée à...
A mi-chemin, les pronostics fusent sur la Croisette. Dans l'ensemble, les critiques étrangers penchent pour le film «No Country for Old Men» des frères Coen alors que la presse française rêve de voir «Les Chansons d'Amour» de Christophe Honoré récompensé.

20 Minutes a vu «Ocean 13» et vous livres ses premières impressions...

SOS «côte de boeuf»
Affamée après plus de trois heures à se démener dans le rôle du commissaire-priseur de la vente de charité de l'amfAR, la fondation américaine contre le Sida, réalisant un nouveau record avec plus de 7 millions de dollars de dons, Sharon Stone a demandé une côte de boeuf à son arrivée, à 23H30, à la fête organisée par Canal+ et Madame Figaro en l'honneur du couturier Karl Lagerfeld. Les cuisines étaient déjà fermées, mais un collaborateur de la chaîne cryptée a persuadé en moins de cinq minutes l'un des restaurants des environs de répondre à l'appétit de la star.

L'Iran accuse le Festival
Il n'y a rien de politique dans «Persepolis», le film de Marjane Satrapi, s'est exclamé Jean-Baptiste Mattéi, porte-parole du Ministère des affaires étrangères, en réponse à une lettre adressée à l'ambassade de France à Téhéran par la Fondation du cinéma Farabi, dépendante du ministère iranien de la Culture. Citée par «Le film français», la fondation iranienne écrit «Le Festival de Cannes a sélectionné un film sur l'Iran qui présente un tableau irréel des conséquences et des réussites de la révolution islamique. Se peut-il que la sélection de ce film ne soit pas à mettre au compte d'un acte politique ou même anticulturel de la part du Festival?». Et Mattéi d'ajouter: «Les autorités iraniennes doivent comprendre, qu'en France, nous sommes très attachés à la liberté d'expression et à la liberté de création artistique».

Mercredi 23 mai

Problème

«Merde, je n’aurais pas du manger des crevettes avec les doigts, murmure un maquilleur dans la suite d’un palace de la croisette. Ça va se sentir quand je vais étaler le fond de teint, non?»

La réplique du jour
«Nom de Dieu comme tu as grandi! Tu vas bientôt pouvoir attraper les couilles du Seigneur!», dit la voix de Danielle Darrieux dans «Persepolis», le film de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud présenté en sélection officielle ce mercredi.

Le Brésil bien inspiré
Fernando Meirelles, le réalisateur de «La Cité de Dieu», a profité de son passage sur la Croisette pour annoncer la prochaine mise en chantier d’un nouveau projet intitulé Labors, une comédie romantique inspirée librement d'une pièce de William Shakespeare. Lors d'un cocktail de Cinema do Brasil, l'organisme qui défend l'image du cinéma brésilien dans le monde, Mika Kaurismaki, frère d'Aki et réalisateur de nombreux documentaires sur la musique brésilienne, nous confiait qu'il était à Cannes pour boucler le financement d'un film de fiction, une comédie, qu'on imagine pince sans rire.
S.L.

Stars en voix off pour «Persepolis»
Marjane Satrapi a demandé à Catherine Deneuve, qu’elle connaissait déjà, de doubler sa mère dans Persepolis, avant que la fille de l’actrice, Chiara Mastroianni, n’ait l’idée de proposer elle-même ses services pour la voix de Marjane. Pour la version américaine, Deneuve «compte bien reprendre le rôle en anglais», tandis que Gena Rowlands doublera la grand-mère (interprétée par Danielle Darrieux en VF). Seule inconnue: la voix américaine de Marjane dont la production, pour l’instant, refuse de dévoiler le nom. Et si on osait... Natalie Portman, par exemple, ça le ferait, non?
S.L.

«I feel like a bug»
Non, ce ne sont pas les propos de Jerry Seinfeld déguisée en abeille sur le toit du Carlton, mais Mélanie Griffith poursuivie dans le hall du Martinez par une cohorte de caméras: «J'ai l'impression d'être une bête», souffle-t-elle une fois les portes de l'ascenseur refermées.
A.A.

«Le Chat du Rabbin» à Cannes l'année prochaine?
«Le Chat du Rabbin», célèbre BD de Joann Sfar, va être adapté au grand écran. Le film sera réalisé par Sfar lui-même et produit par Autochenille Production.

Pour Marajane Satrapi, l’Iran c’est fini
L’auteure de la BD et du film «Persepolis» ne retournera plus en Iran. «L'Iran, ce n'est pas un Etat de droit, donc on ne sait pas du tout ce qui peut se passer. Ne sachant pas ce qui peut se passer et tenant fortement à ma liberté, je n'y retourne pas. C'est une grande partie de moi-même que je suis obligée de mettre entre parenthèses, car on ne peut pas vivre en ramenant toujours son passé au premier plan».

«Persepolis» est présenté aujourd'hui en compétition à Cannes. Le gouvernement iranien avait protesté contre sa sélection au Festival, pour le regard très critique sur l’ensemble de la révolution islamique.

L'affaire Litvinenko débarque à Cannes
C'était donc vrai. La rumeur de mercredi 16 mai vous annonçait un film surprise et le voici: un documentaire sur l'affaire Litvinenko a été ajouté in extremis à la sélection officielle du Festival de Cannes.

«Rébellion: l'affaire Litvinenko», est signé par Andreï Nekrassov, 48 ans, un proche de Litvinenko, qui a suivi ce dernier dans les deux années précédant son décès. Le documentaire, qui contient de nombreux témoignages et cite notamment des anciens agents secrets russes, est réputé être à charge contre les services secrets russes et le régime de Vladimir Poutine.

La veuve de Litvinenko, Marina, donnera une conférence de presse samedi à Cannes, le jour de la projection du film en séance spéciale. En savoir plus.

Van Damme, le retour

Jean-Claude Van Damme est de retour sur la Croisette. Il a arpenté le marché du film de Cannes pour démarcher des distributeurs avec plusieurs projets. Un de ses rêves les plus chers ? une autobiographie fantaisiste où il s'incarnerait en «roi des Belges». Il suffisait de demander puisque Gaumont produira le film réalisé dans les prochains mois par le cinéaste Mabourk el Mechri.

Maître Scorsese

Arrivé lundi soir, Martin Scorsese donnera jeudi une «leçon de cinéma» à l'invitation du Festival de Cannes...

Entre 30.000 et 100.000 dollars
C’est le prix d’une table au gala de l’amfAR, la fondation américaine contre le Sida créée par Liz Taylor, en fonction de sa proximité avec celle de Sharon Stone. C’est encore l’actrice de «Basic Instinct» qui animera mercredi 23 mai au soir la vente aux enchères qui avait permis de réunir en trois heures, l'an dernier, plus de 4 millions de dollars. Une belle brochette de VIP devrait y assister, on prévoit déjà Quentin Tarantino, Gus Van Sant, la milliardaire Ivana Trump, Catherine Deneuve, John Galliano, Jean-Paul Gaultier, Kylie Minogue, Claudia Schiffer et Harvey Weinstein, l'un des producteurs les plus influents de Hollywood.

Un an sans Angie...
Selon le site Internet du magazine People, Angelina Jolie a annoncé qu'elle allait prendre une année sabbatique afin de s'occuper de ses enfants… «Je travaille cet été. Je suis à Prague pour quelques mois, puis je prends deux mois de vacances, puis je travaille deux mois. Et ensuite, je prends une année sabbatique» a-t-elle déclaré pendant le Festival. L’actrice a 31 ans et gagne 10 millions de dollars par film minimum. Largement de quoi s’occuper de ses bambins, désormais au nombre de quatre…

Que s’est-il donc passé?

Lors de la conférence de presse consacrée à «Death Proof», une étrange question aurait été posée à Quentin Tarantino: «savez-vous qu’on a demandé à un journaliste s’il voulait vous interviewer avec plusieurs de ses confrères, moyennant 1500 dollars?»

Surprise du réalisateur: «non, je ne sais rien de tout cela. Quelqu’un a-t-il payé quelque chose pour être ici?». A cet instant, selon Reuters, une femme présente sur l’estrade a murmuré quelque chose à l’oreille de Tarantino. Et celui-ci a conclu: «je ne vais pas répondre à cette question». Lire l'article du Washington Post.
A.A.

Mardi 22 mai

188 millions
C'est le nombre d'entrées pour un film français. Un fréquentation record selon le bilan annuel du Centre national de la Cinématographie (CNC) publié mardi.
Deuxième exploit : en 2006, les films français ont attiré plus de public, en France, que ceux made in Hollywood. Lire la dépêche.

55 minutes
C’est le temps qu’avait le chef cuisinier du Majestic pour servir 700 convives lors de la soirée du 60ème anniversaire dimanche, des amuse-bouche au café. Pari réussi grâce aux 50 personnes en cuisine et 155 en salle qui l’y ont aidé…

Une manif sur la croisette

Selon «Le film français», les cinéphiles handicapés sont en colère. «Sur les 28 salles de cinéma que compte la ville, une seule est accessible aux handicapés. Pour nous, c'est une discrimination culturelle», a expliqué à la presse un porte-parole de ceux qui ont manifesté lundi sur la croisette.
A.A.

Le clin d’œil glamour de Quentin Tarantino à Sofia Coppola
Au milieu de «Death proof», son nouveau film, le réalisateur rend hommage à son ex amoureuse. La scène se déroule dans une station-service. Panoramique de la caméra sur les rayonnages remplis de magazines. Les couvertures des journaux défilent, et soudain, on découvre le visage de la Marie-Antoinette de Sofia Coppola s’afficher sur les unes. Dis donc, Quentin, tu n’essayerais pas de la récupérer, la miss Sofia?
A.A.

La réplique du jour

«On va dans ma voiture pour que l’on se pelote un moment?, demande un type à l’une des héroïnes de «Death Proof», le film de Quentin Tarantino présenté à Cannes ce mardi. La scène se passe sur le seuil d’un bar sordide, en pleine nuit. La voiture en question est à quelques mètres. Et, élément clé, il pleut des cordes.
«Ok, mais tu as deux missions, répond la fille. Bien embrasser et garder mes cheveux au sec».
Le type sort son parapluie: «je te garantis que tu ne seras pas mouillée». Et elle: «d’habitude, les garçons ne s’en vantent pas».
A.A.

Lundi 21 mai


Connnaître ou pas connaître, telle est la question?

«Je connais Jane Birkin sans la connaître, comme si je la connaissais depuis toujours», dit Maurice Bénichou, acteur dans «Boxes», le film de Jane Birkin présenté ce lundi à Cannes. «J'y ai un rôle idéal, je suis un revenant. Or les revenants sont toujours aimés».
A.A.

2,77 millions

C'est le nombre de téléspectateurs qui ont suivi l’émission «Tenue de soirée à Cannes», présentée par Michel Drucker et diffusée lundi soir sur France 2, soit 14,8% de PDA, une audience faiblarde selon «Le Film Français».

Sixième jour de festival

Dans les rangs, la fatigue commence à se faire sentir. «Le film de Gus Van Sant ne dure qu’1h25. ça me réjouit!», a glissé une journaliste à sa collègue ce matin, à 8h30, avant la projection presse de «Paranoid Park». Et sa compère de répondre, levée du mauvais pied: «Mouais, mais 1h25, c’est trop court pour me laisser le temps de dormir.»

Une heure après le début du film, problème de pellicule: le son est là, mais plus d’image. La salle se rallume un instant. Réveillez-vous les petits.
A.A.

Dimanche 20 mai

Un samedi soir pas comme les autres (première partie)

Soirée sur une plage privée en l’honneur du réalisateur italien Nanni Moretti. Nous parvenons, non sans mal, à nous incruster sans carton d’invitation grâce à un habile stratagème: «nous sommes des amis de Nanni Moretti». Sur place, le cinéaste, harassé par les bises poisseuses des unes, les claques amicales des autres, garde son sourire. «Il déteste faire de la politique, pourtant», croyons nous comprendre en italien. C’est à cet instant que débarque un autre monument du cinéma, Wim Wenders, avec une coupe de cheveux ultra sauvage. Les deux hommes s’embrassent, sous les flashs des photographes.




Un samedi soir pas comme les autres (seconde partie)

Il n'est pas loin d'1 heure du matin quand la bande à Bono fait son show en haut des marches du Palais des festivals. Concert express avec deux titres de U2, «Vertigo» et «When the Streets have no name», sous les yeux de centaines de festivaliers. Le ciel n’a jamais autant brillé cette nuit-là.




Une chanson d’amour pour la route
Vous n’étiez pas à la fête cannoise consacrée au film «Les chansons d’amour» de Christophe Honoré? Pas grave, un compère de «Télérama» a filmé le clou de la soirée: le beau Louis Garrel entonnant avec la non moins belle Clotilde Hesme une chanson du film, «Ma mémoire sale».





Flop
Lors de la conférence de presse de «Chacun son cinéma», le film conçu par 35 réalisateurs en hommage au 60ème anniversaire du festival de Cannes, Roman Polanski a quitté la salle, trouvant les questions des journalistes trop idiotes. Ambiance…

Samedi 19 mai

11 minutes pour 99 francs
Une bande promo de «99 francs», film de Jan Kounen inspiré du roman de Frédéric Beigbeder, a été montrée ce samedi en présence de l’auteur. Un faux Frédéric Beigbeder (joué par Jean Dujardin, tordant) sur l’écran et un vrai dans la salle donnaient l’impression de voir double à la projection des premières images de «99 francs».
Cette comédie a l’air fort prometteuse. Son mélange de délire visuel et d’humour délirant est à la fois fidèle au livre et au style du réalisateur de Dobermann. A Cannes, il est très à la mode de présenter des petits bouts de films non terminés, mais très attendus… Une bonne façon de mettre les professionnels en appétit avec quelques morceaux soigneusement choisis…

Les Coen et leurs acteurs

J
osh Brolin, révélation du film des frères Coen, a fait le forcing pour obtenir son rôle d’ancien combattant poursuivi par un assassin terrifiant. «J’ai passé une audition filmée par Quentin Tarantino puis j’ai harcelé Ethan et Joel jusqu’à ce qu’ils le donnent le rôle», a-t-il déclaré à la conférence de presse où Javier Bardem était également présent. S’il fait vraiment très très très peur en tueur à gages fou furieux dans «No Country For Old Men», Bardem ne ressemble pas le moins du monde à son personnage. «Javier était parfait pour le rôle, a plaisanté Ethan Coen à la conférence de presse. Il ne parle pas anglais, ne prend pas de drogue et n’aime pas les armes à feu!»

Mort d’une rumeur
«Non, Nicolas Sarkozy ne viendra pas à Cannes, ni dimanche ni un autre jour», dit Franck Louvrier, chef de la communication du président, mettant ainsi fin à plusieurs jours de rumeur.

Changement d'air
«Cette année, il y a plus de gaieté dans l'air pour ce festival. D'abord grâce au temps splendide, et aussi, grâce au changement politique», s’enthousiasme Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière, qui détient à Cannes l’hôtel Majestic et deux casinos.

Introspection d'acteurs
«- Comment il s’appelle déjà?
- Jean, mais c’est fini.
- …
- Il a dit qu’il se sentait comme un lac suisse. Un lac suisse devant une montagne. La montagne, c’est moi. Il ne se sentait pas la force de l’escalader».
Dialogue entre la mère de Marcelline (Marysa Borini) et sa fille (Valéria-Bruni Tedeschi) extrait de «Actrices», de Valéria-Bruni Tedeschi, présenté ce samedi à Cannes.

Amour à trois chanté
«Les Chansons d'amour» de Christophe Honoré ont enthousiasmé vendredi les festivaliers. Une comédie musicale où Ismaël (Louis Garrel), Julie (Ludivine Sagnier) et Alice (Clothilde Hesme) vivent une «histoire à trois», comme l'explique Julie à sa mère. Découvrez ici une chanson extraite du film, «Je n'aime que toi».

Norah fait son clip
Décidément, la musique compte autant que l'image à Cannes. Norah Jones, chanteuse et actrice dans «My Blueberry Nights» de Wong Kar-wai, présenté mercredi à Cannes, a déjà mis le clip d'un des titres de la BO en ligne, «Until the end».


Vendredi 18 mai

Juliette Binoche
a fait l’ouverture jeudi de la section «Un certain regard» avec «Le voyage du ballon» du cinéaste taïwanais Hou Hsiao Hsien.
Juliette Binoche était accompagnée par ses partenaires Song Fang, Hippolyte Girardot et le jeune Simon Iteanu pour présenter le premier film français du réalisateur de Milenium Mambo. Aujourd’hui, tandis que la star se soumettait à une séance de photos, Hou Hsiao Hsien est revenu sur sa relation avec le Festival de Cannes. «C’est est un peu comme de jouer au poker. Vous venez avec votre film et vous savez très vite s’il va être bien reçu ou non. J’ai vu les goûts du public évoluer d’année en année et je crois qu’il s’habitue de plus en plus à mon cinéma.» Cette promenade dans Paris centrée sur la vie d’une marionnettiste a permis au réalisateur de mieux de se familiariser avec notre pays et son cinéma qu'il «adore».

Après son séjour cannois, c’est en Chine que le réalisateur va donner le premier tour de manivelle à un film historique.
C.V


Pierre Etaix était bien entouré sur la plage de la Fondation Gan. Marjane Satrapi (Persepolis) et Christophe Honoré (Les chansons d’amour), en Sélection officielle cette année, avaient fait un saut pour saluer ce poète du 7e Art. «J’ai longtemps hésité avant d’accepter de retravailler “Yoyo”, a expliqué Pierre Etaix, parce que je n’avais pas envie de me pencher sur mon passé. J’ai cependant fini par me laisser convaincre que certains spectateurs pourraient encore prendre du plaisir à mon film.»

Ce chef-d’œuvre sur l’histoire d’un clown devrait bientôt ressortir en salles. «J’ai eu envie de faire un film dans lequel je mettrais tout ce que j’avais aimé dans la vie. J’ai également cherché à retrouver le climat du cinéma muet et j’ai voulu donner un coup de chapeau à Keaton, Chaplin et Linder.»

Espérons que la nouvelle vie de Yoyo donnera envie à un producteur avisé de financer un nouveau film de Pierre Etaix, septuagénaire pétillant de malice.
C.V.

Jeudi 17 mai

Nicolas Sarkozy et Paris Hilton à Cannes ?
A Cannes, il y a presque autant de rumeurs que de festivaliers. C’est-à-dire beaucoup. Certaines naissent aussi vite qu’elles disparaissent. D’autres perdurent sur plusieurs jours… Lire l'article

200 euros

C’est à ce prix qu’est vendue la bouteille de champagne Mumm dans le club Le Baron, sur la Croisette. 4,94 euros, c’est le prix d’achat de cette même bouteille par ce même club.


Jerry fait le grand saut
Jerry Seinfeld l’avait promis et il l’a fait. Le comique, auteur et acteur de la série qui porte son nom, a sauté du toit de l’hôtel Carlton, pendu à un filin. Il était déguisé en abeille pour défendre les couleurs noire et jaune de Bee Movie, le nouveau film d’animation des producteurs de Shrek. En savoir plus...

Les pavés sous la plage

La guerre des plages a commencé. Sophie Marceau, attendue aujourd’hui pour une interview sur la plage de TF1, a exigé le silence complet sur les baies voisines. Résultat des courses: le groupe New Order, qui devait mixer cet après-midi sur la plage Smiley, devra patienter jusqu’à la fin de l’entretien.

Destination soirée
Mercredi soir, 23h, un sms fait sursauter mon téléphone. «Tu fais quoi ce soir? Tu vas à la soirée Wkwai?». «Wkmai» n’est pas une erreur de frappe, c’est l’abréviation version texto de Wong Kar-wai, le réalisateur dont le film «My Blueberry nights» a fait l’ouverture du festival.
Réponse: «Euh… oui, si tu as une place pour moi». «OK, viens au départ des navettes pour la soirée». Des navettes pour aller à la fête d’un film? En effet, trois gigantesques bus vont véhiculer, toute la nuit, de Cannes jusqu’au lieu de la soirée, les quelques 1.000 (ou 2.000?) heureux fêtards invités. Ici, la côte d’une soirée s’évalue selon un critère inexistant à Paris : plus la fête est loin du centre-ville, plus il se dit qu’elle sera «the place-to-be» et qu’elle se tiendra dans une «villa incroyable» avec piscine, vue sur la mer et autres prestiges associés. Dans le bus, les festivaliers salivent «si c’est la villa à laquelle je pense, ça va être un truc de fou furieux». A l’arrivée, la fête s’est tenue dans un immense gymnase paré de mille feux pour l’occasion. Pour la piscine, faudra repasser.

Mercredi 16 mai

«Et vive le cinéma!»

Le Festival de Cannes a été officiellement déclaré ouvert par l'actrice taiwanaise Shu Qi et le réalisateur portugais Manoel de Oliveira. Le cinéaste âgé de 98 ans a rendu hommage, en français, à «ce festival prestigieux et pourtant encore bien jeune», avant de s'exclamer «et vive le cinéma !»

Deuxième rumeur de la journée
Il y aurait un film suprise dans la sélection officielle vendredi... on se renseigne.


«Second Life» s’encannise

Ce mercredi soir à partir de 20h30, l’île du Festival de Cannes sera accessible sur le monde en 3D de «Second Life». Les personnages virtuels pourront s’y rendre en yacht. «Ils seront accueillis à leur descente de bateau par une limousine qui les emmènera au pied des marches du Palais», annonce «Le Film français». On devrait y voir – virtuellement - Maryline Monroe, Steven Spielberg, Luc Besson, et, «sous réserve» Johnny Hallyday et Nicolas Sarkozy.

Un cocktail avec de l'or
Si si, ça existe. A Cannes du moins. Voici la recette exclusive: 5 cl de Cointreau, 3 cl de Cranberry, 12 cl de jus de citron, des glaçons et... une pincée d'or. Le cocktail s'appelle le «Cointreaupolitan Star». La marque d’alcool a prévu 50 grammes d'or pour la durée du festival, sachant qu'1 gramme d'or permet de servir 100 verres.

La première rumeur du jour
Timberlake viendrait en jet privé jeudi, pour un showcase au Nikki Beach, «à la demande d'un milliardaire». Il repartirait le soir même à Londres, sans passer la nuit sur la Croisette.

84
C'est le nombre de projections numériques prévues pendant le festival de Cannes.

Une série au milieu des films
Un épisode d’«Entourage», série produite par HBO et diffusée en France sur TPS Star, va être intégralement tourné pendant le Festival. Cette série phare aux Etats-Unis est produite par l’acteur Mark Wahlberg, lequel vient à Cannes du 23 au 25 mai, pour «We Own the Night» de James Gray en compétition officielle. Ceci explique cela.

Piccoli encense Cannes
«Ce 60e anniversaire prouve à quel point ce Festival de Cannes a été absolument utile pour le cinéma du monde entier» déclare Michel Piccoli, membre du jury, lors d’une conférence de presse. «Pardon d'être un peu vaniteux mais c'est en France qu'on peut voir tous les pays du monde entier».

Recyclage de B.O.
Une partie de la bande-originale du film In the mood for love est utilisée dans My Blueberry Nights. C’est la troisième fois que Wong Kar-wai réutilise cette musique: « Cette musique n'a pas de frontière et marche tout le temps».

Jude Law s'emballe
Jude Law se confie sur l’une des scènes du. Interrogé sur la scène du baiser avec Norah Jones dans le film My Blueberry Night de Wong Kar-wai, il déclare: «C’est incroyable comme un simple baiser peut transporter quelqu’un».

Revue de presse
«Au festival de Cannes, la France est à nouveau au centre du monde» titre le New-York Times dans son édition du 16 mai.