« Je me fondrai dans le décor »

BANDE-DESSINEE Le père du Chat du Rabbin va croquer le Festival

Recueilli par Olivier Mimran

— 

Planche de Joann Sfar, dessinateur de Bd, qui va croquer le festival de Cannes.
Planche de Joann Sfar, dessinateur de Bd, qui va croquer le festival de Cannes. — JOANN SFAR/FESTIVAL DE CANNES
Joann Sfar est dessinateur de BD, et a été choisi pour illustrer le site officiel du festival.

Dans quel but le festival vous a-t-il contacté ?

Les organisateurs ont lu mon carnet sur le procès de Charlie Hebdo et ils m’ont proposé de faire la même chose sur le festival. Mais Greffier (éd. Delcourt) était un travail plutôt militant, réalisé en 48 heures, alors que je vais à Cannes très détendu et que je pourrai travailler durant 15 jours. Ce sera un boulot plus contemplatif !

Quel sera votre rôle ?

On va me donner un badge d’organisateur du festival. J’aurai le droit d’entrer partout. Les dessins que je produirai seront quotidiennement repris sur le site officiel du festival. Ils seront ensuite publiés à l’automne dans un album intitulé Croisette, qui racontera le 60e anniversaire du festival vu de ses coulisses. Mon travail ne sera pas objectif, il n’aura rien d’un reportage. Je raconterai juste mon festival.

Vous y allez davantage comme auteur que comme amateur de cinéma ?
Absolument. Je ne serai pas à Cannes pour voir des films mais pour aller partout et observer un maximum. Je croquerai les événements majeurs comme les anecdotes les plus futiles, les plus rigolotes. Mais j’aime le cinéma, alors si je croise un personnage qui me fait rêver, je ne me priverai pas de jouer le fan de base.

Comment vous imaginez-vous travailler sur place ?

Mes seules armes sont mon carnet et mes aquarelles, donc les gens que je croiserai se sentiront moins agressés que face à un photographe. Et puis, je me suis acheté un beau smoking, alors je me fondrai dans le décor.

Cannes, c’est quelque chose qui vous faisait rêver ?
Oui, parce que je suis de Nice et que je n’avais jusque-là jamais réussi à entrer dans ce fichu festival (rires). Mais cette édition est particulière parce qu’on y projettera Persepolis, le dessin animé de mon amie Marjane Satrapi. C’est la première fois qu’une BD fait l’objet d’un dessin animé officiellement présenté à Cannes. C’est le moment rêvé pour une rencontre au sommet entre BD et cinéma.
Notre édition spéciale Cannes