JoeyStarr et Manu Payet sont «Les Gorilles»: «On se complétait bien au niveau des vannes»

CINEMA JoeyStarr et Manu Payet sont très complices dans «Les Gorilles», comédie sur un duo de gardes du corps...

Caroline Vié
— 
Joey Starr et Manu Payet dans Les Gorilles
Joey Starr et Manu Payet dans Les Gorilles — EuropaCorp

Manu Payet et JoeyStarr forment un couple de gardes du corps cocasses dans Les Gorilles de Tristan Aurouet. Chargé de protéger une chanteuse incarnée par Alice Belaïdi, ce duo louche du côté des buddy-movies entre 48 heures et La Chèvre et s'en donne à cœur joie. 20 Minutes a interrogé les comédiens, complices à la ville comme à l'écran...



Comment vous êtes-vous rencontrés pour la première fois?

Many Payet: Joey est venu voir mon spectacle et j'étais mort de trouille quand on m'a dit qu'il m'attendait dehors! Je me suis demandé ce que j'avais dit de mal. En fait, il voulait juste me féliciter.

JoeyStarr: Je ne comprends pas pourquoi je fais peur aux gens comme ça. Je n'y suis pour rien. C'est leur problème, pas le mien!

Pourtant vous en jouez, y compris dans Les Gorilles...

JS.: Dans ce film, j’incarne un personnage à fleur de peau dont l'humeur est le moteur. (Il réfléchit). Bon OK, là je joue avec cette image de gros dur, mais je suis capable de composer dans un autre registre.

M.P.: J'étais bien content de l'avoir surtout pour les scènes de cascades où je pouvais emboîter ce qu'il appelle «mon petit corps en mousse» dans le sien. C'était top pour me protéger!

JS.: Manu, c'est le caillou qui vous casse la jambe petit à petit, l'eczéma que vous ne pouvez atteindre, le polype dont vous découvrez l'existence trop tard. Je l'adore!



Cela s'est tout suite bien passé entre vous?

M.P.: Oui, parce qu'on avait très envie de bosser ensemble. On se complétait bien au niveau des vannes. On faisait attention l'un à l'autre.

JS.: On ne peut pas jouer dans ce type de comédies en se pinçant le nez ou alors il faut être des athlètes! Là, même si on se levait tôt et qu'on faisait de vraies journées, on s'éclatait.

Un commentaire sur le clash récent avec Thierry Ardisson?

M.P.: Quelqu'un a tweeté qu'il avait vu Joey aux urgences au moment de l'émission d'Ardisson. Twitter, ça peut aussi servir à ça. A prouver que les gens sont de bonne foi.

JS.: C'est beaucoup d'embrouilles pour rien. J'étais vraiment malade ce jour-là car je fais la promo sans rechigner pour ce film que j'aime. Je ne dois rien à Ardisson! Qu'il aille bouffer la culotte de sa mère comme on dit chez moi! J'ai une famille, des amis, une vie et Instagram pour lui répondre s'il veut continuer ces échanges lamentables...