«Waste Land»: Jérémie Renier, héros d'un polar flamand

CINEMA Ce polar sombre a été l'un des événements du Festival du Film Flamand de Strasbourg...

Caroline Vié
— 
Jérémie Rénier dans Waste Land
Jérémie Rénier dans Waste Land — Chrysalis Film

Présenté à Strasbourg en ouverture du Festival L'autre cinéma belge qui met en valeur les films flamands, Waste Land de Pieter Van Hees offre un beau rôle de flic torturé à Jérémie Rénier, chargé de mener l'enquête sur le meurtre d'un Congolais dans les bas-fonds de Bruxelles.

Une plongée angoissante dans Bruxelles

Le réalisateur montre des aspects méconnus et fort peu reluisants de la capitale européenne en suivant le comédien dans des quartiers plutôt sinistres. «Mon film est une métaphore de l'Europe actuelle, un continent en crise avec une jeunesse issue de l'immigration très éloignée de ce qui était le peuple blanc dominant», explique le réalisateur qui met ici fin à une trilogie de thrillers inédits dans les salles françaises.

Malgré une intrigue assez classique, cette descente enfer sort du tout-venant en plongeant à la fois dans la psyché du flic et dans une ville en pleine décadence. Il se dégage un charme vénéneux de ce polar flamand aux saveurs âcres de bière au petit matin.