Un «Voyage en Chine» avec Yolande Moreau

CINEMA Yolande Moreau est bouleversante en maman qui découvre la Chine sur les traces de son fils décédé...

Caroline Vié
— 
Yolande Moreau dans Voyage en Chine
Yolande Moreau dans Voyage en Chine — Haut et court

Yolande Moreau est comme toujours épatante dans Voyage en Chine, premier film de Zoltàn Mayer. Les tribulations de cette mère désirant faire rapatrier le corps de son fils décédé dans un accident sont marquées par le choc des cultures entre la grande actrice et la population locale. «La Chine et Yolande étaient deux évidences», explique le cinéaste qui a fait ses premières armes comme photographe et documentariste.

 

 

Un style proche du documentaire

C'est en s'inspirant d'un périple chinois avec sa propre mère que Zoltàn Mayer a commencé à plancher sur cette chronique sensible qu'il a choisi de situer dans la région du Sichuan. Le spectateur s'identifie totalement à l'héroïne en découvrant en même temps qu'elle un pays magnifique dont la nature luxuriante est un personnage à part entière. «C'est par certains détails végétaux et animaux que le film montre son cheminement comme si elle était conduite par une force qui la dépasse et va le mener sur le chemin de la vie», dit le cinéaste.

Toute une palette d'émotions

Le visage merveilleusement mobile de Yolande Moreau est un atout non négligeable pour un film qu'elle porte avec une sensibilité à fleur de peau. Emmitouflée dans son manteau rouge, cette maman endeuillée s'ouvre progressivement à un autre monde représenté par une belle brochette de comédiens chinois inconnus chez nous. Des séquences drôles (avec une carte de crédit) ou déchirantes (la chanson Vesoul de Jacques Brel) font de ce Voyage en Chine un long-métrage fragile, précieux et fort recommandable.